Spread the love

kakpoLes écoles, collèges et lycées ont rouvert leurs portes hier, lundi 17 septembre 2018 et les premiers cours ont bien commencé. C’est le constat fait par le ministre des Enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle, Mahougnon Kakpo, dans les Ceg Pahou et Godomey.

Ceg Pahou et Godomey. Voilà les deux établissements parcourus par le ministre des Enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle, Mahougnon Kakpo pour constater la reprise effective des cours. Dans ces deux lieux de savoir, l’autorité ministérielle a été satisfaite des dispositions prises par les différents acteurs pour une bonne rentrée et le démarrage effectif des cours. Mais dans l’un des établissements sillonnés, certains enseignants programmés n’étaient pas présents au poste. « Bien que les cours aient réellement eu lieu, j’ai aussi constaté que certains enseignants qui ont été programmés ne sont pas arrivés », a déploré le ministre. Par conséquent, il a demandé aux chefs d’établissement d’interpeler les enseignants sur les raisons de  leur absence. « Je profite de l’occasion pour demander à tous les directeurs, sur le plan national, de me faire le point des enseignants qui ont obtenu leurs emplois du temps et qui ne sont pas arrivés», a lancé le ministre Kakpo. Malgré la pré-rentrée effectuée, il s’est insurgé contre l’état d’insalubrité dans lequel végètent les collèges visités. L’autorité ministérielle a lancé un appel : «Je voudrais, une fois encore, demander aux directeurs départementaux de faire procéder au nettoyage systématique de ces établissements ».Aux élèves qui traînent encore à la maison, Mahougnon Kakpo les a invités à rejoindre les classes. Le même appel a été lancé en direction des parents d’élèves afin qu’ils sachent que les cours ont effectivement démarré. « Nous devons nous mettre tous au travail pour que nous puissions obtenir les résultats escomptés », a-t-il conclu.

 Abdourhamane Touré

  Les salles de classe ouvertes dans le Zou

L’année académique 2018-2019 a effectivement démarré, hier lundi 17 septembre 2018, à Bohicon et Abomey à l’instar des autres villes du Bénin. C’est le constat fait par une équipe de notre rédaction qui a sillonné quelques établissements scolaires publics et privés écoles.

C’est la fin des belles vacances ! L’école recommence. Après quelques semaines pendant lesquelles la petite école a dormi, la rentrée a repris de plus belle dans le département du Zou, notamment à Bohicon et à Abomey. Les apprenants ont repris le chemin des classes. Dans quelques écoles visitées, l’heure est aux derniers ajustements.  Du  nettoyage des salles de classe, de la cour en passant par la mise en place des emplois de temps, à l’inscription de quelques nouveaux élèves par endroits, membres de l’administration et élèves sont à la tâche. « Ici, la rentrée est effective. Les six enseignants de mon groupe sont présents, mais les inscriptions des nouveaux élèves continuent », a déclaré le directeur du groupe B de l’école urbaine centre Bohicon, Alexis Gahou. Quant à Corentin Florian Akpakoun, proviseur du lycée technique de Bohicon (lyteb), il a indiqué que la reprise des classes est chose effective dans son établissement. A ses dires, cela  se justifie par la présence de tout le personnel administratif et des enseignants tôt hier lundi matin à la cérémonie des couleurs.

« Je voudrais dire aux apprenants que les vacances sont terminées. La seule  mission à présent, c’est de travailler dans la discipline et le respect du règlement intérieur de l’établissement. J’invite les parents à accompagner les enfants et le corps professoral à son travail de façon consciencieuse », a-t-il martelé. Au complexe scolaire public d’Atconmè/A à Bohicon, selon Bernard Dossou,  tout est mis en œuvre par le gouvernement  afin que la rentrée soit effective et cela est réel dans son établissement. « Tous les enseignants sont présents dans leurs classes respectives et déroulent même les cours », a-t-il confié. Au nombre des difficultés, il a relevé les effectifs pléthoriques dans les salles de classe. Au groupe B du même complexe, la Directrice, quant à elle, est confrontée à l’insuffisance du personnel. Ce qui selon elle, bloque le démarrage effectif des cours. Dans la cité des Houégbadjavi, le constat est le même. « Ici à l’Epp/Ablomey/C à Abomey, la rentrée a bien commencé seulement que l’effectif attendu n’est pas encore atteint pour que les cours commencent effectivement », a déclaré la directrice Lydie Hounkanrin. Du côté de l’Epp/centre Abomey, c’est le retard accusé par certains parents à inscrire leurs enfants qui empêche le vrai démarrage des cours. C’est ce qu’il faut retenir des propos de la directrice.  Cependant, il faut retenir que la rentrée scolaire 2018-2019 a démarré dans le Zou.

 Gaétan Nato

(Br Zou-Collines)