Spread the love
talon16
Le chef de l’Etat préoccupé par les conditions de travail précaires des policiers

Longtemps traitée d’enfant pauvre des corps habillés de la République, la Police fait de plus en plus l’objet d’une attention particulière de la part du chef de l’Etat. Plusieurs actions significatives sont en cours en sa faveur pour lui accorder les moyens et motivations qui lui ont fait tant défaut dans l’exercice de sa mission. Par exemple,  ce jour, Patrice Talon préside une cérémonie de remise de matériels aux forces de l’ordre au cours de laquelle, d’importantes décisions seront prises.

Fini l’éternel problème de manque de moyens à la Police nationale. Elle recevra ce mercredi 30 novembre au Palais des Congrès à Cotonou, des mains du chef de l’Etat, un important lot de matériels  composé entre autres de motos pick-up, de voitures de patrouille de même type que celles affectées à la Gendarmerie il y a de cela quelques mois. Fini le discours de sous-armement en comparaison aux armes qu’utilisent les malfrats pour opérer sans rencontrer de résistance. La Police recevra également de l’armement et d’autres équipements modernes. Selon nos informations, le président de la République ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Une dotation mensuelle en carburant est prévue pour chaque véhicule opérationnel de la Police nationale. Quant aux conditions de vie des flics, il est annoncé que chacun d’eux en mission recevra un montant forfaitaire pour s’alimenter. En ce qui concerne la très polémique question liée aux fonds de renseignement, ils iront directement aux ayants droit, comme l’avait déjà annoncé le président de la République, lors de sa rencontre avec les chefs d’unité de la Police, chacun accompagné pour la circonstance d’un contingent, témoin des promesses à eux faites. La nouvelle fait jubiler plus d’un dans les différentes structures du corps, parce que c’est pour la première fois que d’importantes décisions seront prises dans leur intérêt. Connaissant désormais, les maux qui rongent les forces de sécurité publique, Patrice Talon sait  que l’Etat doit plus investir dans ce corps avant de faire face à l’insécurité dont souffrent les populations. La sécurité n’a pas de prix et si le Bénin tient à rassurer les investisseurs, il doit y consacrer de gros budgets pour sécuriser son territoire, les commerces, les investissements, les biens et les populations. Cette mission républicaine assignée aux forces de sécurité ne peut se faire sans les moyens. C’est en prenant la mesure de la situation que  le président de la République  a voulu changer le visage de la Police à travers des actions concrètes.

 Une Police, une mission, des moyens       

 Mal habillés, sollicités et à la fois rejetés par les populations, grugés par leur hiérarchie, dépourvus de moyens, surclassés par les malfrats au cours de leurs missions, abandonnés à leur propre sort quand ils deviennent invalides dans l’exercice de leur profession, ou encore privés de leurs droits à reverser à leurs épouses et enfants après leur décès sur des théâtres d’opération, victimes d’injustice notoire ou d’affectations fantaisistes, exposés aux intempéries (pollution, pluie, soleil, nuit) prenant le grand risque (la mort) face aux malfrats, les policiers sont paradoxalement réduits à une vie de misère. Dans ces conditions comment leur demander de tenir tête aux malfrats ? Comment leur arracher le sourire dans certaines conditions? Comment peut-on les motiver ? Comment les mettre à l’abri des pratiques avilissantes, comme le racket, les procès verbaux tronqués, les arrangements au détriment du plaignant, l’arrogance ? Face à tout cela,  le chef de l’Etat a décidé de frapper un grand coup et espère changer l’image négative que beaucoup ont de la Police nationale. Son directeur général, IdrissouMoukaïla, avait déjà annoncé les couleurs en procédant à des changements à des postes clefs. Il semble s’inspirer du Conseil des ministres, qui a eu d’abord à prononcer des nominations au sein de l’appareil de sécurité. Tout cela tombe dans une période d’accalmie et de veille des fêtes de fin d’année, après les attaques perpétrées avec succès par les malfrats contre les intérêts des particuliers et des sociétés. Actuellement, une synergie d’actions entre la Gendarmerie et le Police nationale se déroule pour donner du fil à retordre aux malfaiteurs et autres filous qui s’apprêtent à troubler la quiétude des populations par ces temps.  En attendant les réformes annoncées pour fusionner la Police et la Gendarmerie, le Gouvernement du Nouveau départ règle d’abord les problèmes spécifiques, et Dieu seul sait que la Police en a grand besoin.

 FN