Spread the love
charles-toko
Le maire de Parakou, Charles Toko

La démolition des infrastructures qu’abritaient les anciennes autos-gares de la ville de Parakou, a causé du tort aux populations. Un puits à grand diamètre a été démoli par mégarde. Le maire, au nom du Conseil municipal a présenté ses excuses aux populations concernées.

L’équipe municipale est descendue sur le terrain pour faire le constat après la délocalisation des auto-gares. Les travaux de démolition des anciennes infrastructures ayant entrainé par inadvertance la démolition d’un puits à grand diamètre, le maire a sincèrement présenté les excuses du Conseil aux populations concernées. Le puits en question était dans l’enceinte de l’auto-gare dit de Tchaourou au quartier Bawéra. Ne pouvant rester indifférent et insensible à cette destruction d’un point d’eau potable desservant  une frange de ses administrés, le maire Charles Toko, a promis remettre  en service, dans un bref délai, le puits endommagé.  Par la suite, il s’est rendu sur le nouveau parc unique du Conseil national des chargeurs du Bénin pour s’enquérir des conditions d’installation des gares routières de la ville de Parakou. Ensemble avec quelques responsables des compagnies de transport de bus et des gares routières, ils se sont convenus d’apporter quelques modifications pour renforcer les commodités de ce parc unique. Les promoteurs de compagnies de transport de bus qui avaient déclenché un mouvement de protestation sont revenus à de meilleurs sentiments. Ils ont, après 24 heures de mouvement de grève, rejoint le nouveau site d’embarquement et de déchargement des passagers dans la ville de Parakou.

Le marché de friperie bientôt délocalisé

Après le regroupement de toutes les autos-gares sur un unique parc dans la cité des Kobourou, c’est le marché de friperie qui est dans le viseur du Conseil municipal de Parakou. Le maire Charles Toko et son équipe municipale murissent leur projet de délocalisation de ce marché de vente de vêtements usagers se trouvant dans les encablures de l’école urbaine centre, la prison civile de Parakou et le Camp militaire. C’est le site de la « Rose croix » qui est retenu pour accueillir cette activité. Les travaux d’aménagement du nouveau site du marché de friperie de la ville de Parakou et ses environs sont en phase d’achèvement. Sauf cas de force majeure, les acteurs de ce marché se retrouveront pour la première fois sur ce site, avant la fin de cette semaine. C’est du moins l’information qui circule depuis la délocalisation des autos-gares de Parakou sur le parc unique du Conseil national des chargeurs du Bénin.

HY