Spread the love
albert
Albert Tévoèdjrè reconnaissant

La nomination de Mgr Jean Zerbo, soutien majeur de l’initiative panafricaine, comme Archevêque de Bamako, n’a pas laissé indifférent le Centre panafricain de perspective sociale-Institut Albert Tévoèdjrè (Cpps/Iat). Une délégation se rendra à Rome du 27 au 30 juin 2017 pour témoigner de vive voix la gratitude du Cpps-Iat au Souverain Pontife. La nouvelle a été rendue publique le 14 juin 2017 à travers un communiqué dont voici la teneur. 

Communiqué
  Envoi à Rome, par le Centre Panafricain de perspective sociale, une(1) «Délégation panafricaine de dialogue interreligieux »
Pour saluer l’avènement du nouveau Cardinal Mgr Jean Zerbo, Archevêque de Bamako, soutien majeur de l’initiation africaine :
« La paix par un autre chemin »
Une délégation du Projet « Initiative africaine d’éducation à la paix par le dialogue interreligieux » encore appelé « la paix par un autre chemin », se rendra à Rome du 27 au 30 juin 2017. Elle y prendra part à un événement exceptionnel, la création de cinq nouveaux cardinaux, dont l’Archevêque de Bamako, Monseigneur Jean Zerbo.
  Une convergence saisissante de faits a guidé cette décision du Centre panafricain de perspective sociale, à l’origine du projet « Initiative africaine d’éducation à la paix et au développement par le dialogue interreligieux et interculturel » dont il abrite le siège.
Au départ, ce projet, conçu au plus fort de la crise fondamentaliste qui avait consacré la partition du Mali, devrai y êtreexpérimenté comme approche à la paix par un autre chemin, celui du dialogue interreligieux et interculturel. Malgré l’accord de principe obtenu aussi bien au plan international que dans les plus hautes sphères de décision de ce pays, le projet, pour des raisons restées inexpliquées jusqu’à ce jour, n’a pu prospérer.
Comme guide spirituel et conseil au Mali, Monseigneur Jean Zerbo, qui avait tout intérêt à accueillir le projet chez lui, fut celui qui révéla la voie du salut pour cette initiative audacieuse africaine : « Si toutes les démarches que vous avez entreprises au plus haut niveau, en vue de l’implantation du projet au Mali, n’ont pas abouti, c’est que son pays d’accueil est bien autre qu’ici. C’est le Bénin pays du siège de votre Institut » avait-il calmement confié, avec assurance, au terme de nombreux échanges.
Le symposium international de lancement du projet a eu effectivement lieu à Cotonou, du 26 au 28 mai 2015, avec beaucoup du succès. La cérémonie d’ouverture a enregistré une série de messages de soutien dont celui très encourageant du Pape François. Le Siège du Projet a été domicilié au Bénin.
Depuis lors, soutenu par quelques personnalités et responsables religieux dont Monseigneur Jean Zerbo, le projet n’a cessé d’affiner sa pédagogie de mise en œuvre caractérisée par des réalisations concrètes dont le Centre de santé interconfessionnel de Kpoguidi, inauguré le 27 mai dernier est le symbole. Cette réalisation est venue clôturer le mois de l’intention de prière du Pape François «pour que les chrétiens d’Afrique rendent un témoignage prophétique de réconciliation, de justice et de paix en prenant pour modèle Jésus Miséricordieux ».
 Le projet a fait sienne cette intention de prière en la marquant d’un sceau particulier. La mosquée centrale d’Agbokou à Porto-Novo a accueilli une grande manifestation interreligieuse organisée, le 1er mai dernier, en étroite collaboration avec toutes les confessions religieuses, en vue de la paix au Bénin, en Afrique et dans le monde.
 Il se fait que l’un des guides spirituels du projet, son tout premier conseiller, Monseigneur Jean Zerbo, Archevêque de Bamako, a été créé avant la fin de ce même mois de mai Cardinal, de l’Eglise universelle par le Pape François. Le Consistoire consacrant ‘événement se tiendra le 28 juin 2017 à Rome.
Dans ces conditions, le Centre panafricain de perspective sociale (Cpps) ne saurait rester indifférent à cette « bonne nouvelle » qui honore non seulement tout un continent, un pays, une communauté mais aussi, l’initiative africaine, «  la paix par un autre chemin ».
C’est pourquoi, en guise de reconnaissance au Pape François, et de soutien ferme au nouveau Cardinal, en guise aussi d’engagement pour la pédagogie de mise en œuvre du projet sous-tendue par des réalisations concrètes visant la satisfaction prière des besoins prioritaires de développement, une délégation de personnalités représentatives des « Missionnaires de la paix » se rendra à Rome à cette occasion.
Cette délégation comprend des représentants provenant d’horizons géographiques et religieux variés y compris les religions endogènes (Voie la liste jointe).
Par ce communiqué de presse, l’initiative africaine de « la paix par un autre chemin » se propose de mobiliser le plus large soutien de toutes les confessions religieuses autour d’une démarche d’évidente nécessité.
 « Dans l’impossibilité de placer un soldatderrière chaque citoyen pour garantir sa protection, la seule option crédible et durable reste celle – incontournable – de renforcer tous les mécanismes de Vivre ensemble, malgré toutes différences. » (Frère Melchior)
 
Fait à Porto-Novo, le 14 juin 2017
Albert Tévoédjrè