Spread the love

education-1Au lendemain du boycott de  l’évaluation pédagogique des enseignants au secondaire, le ministère veut visiblement mieux comprendre les raisons de ce boycott.

La réponse du gouvernement face au boycott de  l’évaluation pédagogique des enseignants au secondaire ne saurait tarder puisque des signaux sont déjà lancés. A travers une note administrative en date de ce lundi 14 janvier 2019 portant objet de « instruction A/S évaluation intellectuelle des enseignants », le directeur départemental des Collines Pamphile Viayinon invite par exemple les  chefs des établissements publics d’enseignements secondaires qui n’auraient pas participé à ladite évaluation à fournir des demandes d’explication. D’autres membres de l’administration notamment les censeurs, surveillants et comptables sont aussi interpellés. Les réponses sont attendues à la direction départementale de l’enseignement secondaire des collines au plus tard ce mercredi 16 janvier 2018 à 11 heures. D’après une source très proche de l’organisation de cette évaluation contactée par la radio Océan, seuls 25% d’enseignants à l’échelle nationale ont participé au test intellectuel du samedi 12 janvier 2019. Le département du Zou fait mieux que la moyenne. 60% du corps enseignant aurait participé à l’évaluation intellectuelle. Ces derniers sont probablement en attente de leurs résultats. La correction démarre la semaine prochaine. Elle devrait durer cinq jours. On pourrait avoir les conclusions qu’en tire le gouvernement les jours à venir.Pour rappel, l’évaluation intellectuelle des enseignants du secondaire était prévue pour se tenir le samedi 12 Janvier 2019 après un premier report. Malgré le message du Ministre des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle, Kakpo Mahougnon sur la chaîne du service public de l’ORTB, pour justifier le bien fondé de l’évaluation des enseignants, beaucoup d’enseignants se sont montrés inflexibles et ont respecté le mot d’ordre de boycott lancé par certains responsables syndicaux.

Marcus Koudjènoumè