Spread the love

Donatien NonhouegnonDepuis le décès du préfet du département des Collines, Donatien Nonhouégnon, la Préfecture des Collines  est gérée à la fois par le préfet du Zou et le Secrétaire général de la Préfecture. Ils assurent l’intérim en attendant la nomination d’un nouveau préfet. Tout semble bien se passer.

Difficile de se frayer un passage vendredi 10 août 2018 à la division de la Carte nationale d’identité. De nombreuses demandes sont en cours. Au service de planification et d’aménagement du territoire, c’est aussi la grande affluence. Les usagers de ce service de la préfecture s’impatientent pour la satisfaction des requêtes déposées. Aux secrétariats administratif et général du département, au service des affaires financières, au service de l’administration générale, au service informatique et à celui de la transmission radio, c’est la grande affluence. Les agents en poste s’affairent. Ils  veulent satisfaire les différentes demandes des usagers. Difficile de passer dans un couloir sans croiser un citoyen à la recherche d’un service. Arnaud Akpassou rencontré au service de la carte d’identité exprime sa satisfaction quant au fonctionnement de l’administration préfectorale.  Romaric  Atchikpa, agent en poste au  service des affaires financières fait savoir que les usagers  apprécient  très souvent en bien les services dont ils bénéficient à la préfecture. Selon Jean de Vigny Sossou Houéfondé, il n’y a aucun problème de fonctionnement à Dassa. Avec insistance, il ajoute que tout ce qui se fait dans les autres préfectures se fait à Dassa et que,  s’il s’agit d’évaluer les préfectures,  Dassa ferait partie des meilleures.  « Selon les dispositions légales, en cas d’absence du Préfet,  c’est le Secrétaire général qui le supplée et à Dassa, le préfet Firmin Kouton du Zou assure avec moi l’intérim du préfet des Collines », a-t-il ajouté.A la question relative à la satisfaction des usagers de la préfecture, le Secrétaire général répond par  une interrogation : « La population s’est-elle plainte une fois pour non-délivrance d’une pièce administrative en temps réel? ». A ses dires, la préfecture est aussi  animée qu’à l’époque du vivant du préfet. Il y a la même  sérénité et la rigueur dans le traitement des dossiers. Jean de Vigny Sossou Houéfondé a, par ailleurs,  précisé que «les douze préfectures fonctionnent et non onze comme le  pense l’opinion publique,  puisque l’Etat y a mis les ressources nécessaires ». Quant au rôle de la Police républicaine des Collines dans la délivrance de la Carte nationale d’identité, le Secrétaire général pense qu’il est primordial et se résume au contrôle de l’authenticité et de l’originalité des pièces constitutives des dossiers avant leur transfert au service technique. Le gouvernement qui a nommé un préfet qui est décédé, et qui ne l’a pas remplacé jusqu’à ce jour sait pourquoi il le fait», déclare Jean de Vigny Sossou Houéfondé,  suite à la question de savoir les raisons de cette longue vacances du poste du préfet. « Ce n’est pas nous qui nommons le préfet. Il est nommé en Conseil des ministres. Cela relève du pouvoir discrétionnaire du chef de l’Etat », a-t-il fait savoir.

Gaétan Nato et Sidoine M. Avadji

(Br Zou-Collines)