Spread the love
LEHADY-S
Le Président Léhady Soglo doit discipliner sa troupe

La Commission électorale nationale (Céna) a déclaré élu conseiller communal Alligbonon Togninadjè en lieu et place de Sègblévi Léopold, premier titulaire sur la liste Rb, régulièrement constituée, dans l’arrondissement de Ouassaho, Commune de Bohicon. Cette décision qui a surpris plus d’un a suscité émoi et révolte au sein des militantes et militants du parti la Renaissance du Bénin (Rb). Pour beaucoup, Léhady Vinagnon Soglo (Lvs), Président du parti, est à la base de ce coup savamment orchestré.

Dans le cadre des élections municipales, communales et locales, Prince Sonon Aligbonon a été positionné suppléant de Sègblévi Léopold sur la liste Rb-Rp dans l’arrondissement de Ouassaho (Commune de Bohicon) où deux sièges sont en jeu. N’étant pas satisfait de sa position sur la liste validée par la Céna, il a fait défection lors de la campagne électorale. Et pour marquer le coup à l’alliance Rb-Rp, il a soutenu la liste des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) après avoir vilipendé, sur les chaînes locales, les ténors de l’alliance. Mais, au grand désarroi des militants de la Rb, Aligbonon est proclamé élu titulaire et tête de liste Rb-Rp à Oussaho. Mais par quel miracle un suppléant peut-il devenir titulaire et tête de liste ? C’est en répondant à cette question par la négative que les militants accusent Lvs d’être à la base de cette manœuvre. Il n’a pas fallu plus pour qu’ils se mettent en boule contre leur leader qu’ils attendent sur pied de guerre. Le maire Luc Sètondji Atrokpo, reconnu pour son calme olympien et sa capacité à gérer les conflits dans un climat pacifique, a dû déjouer le coup qui était en préparation par les militants. Ayant eu vent du mouvement de révolte qui se prépare en sourdine, il a exhorté tous les militants au calme et à la sérénité car, pour lui, rien ne peut se régler dans le désordre.

 Abomey victime d’une guerre fratricide

 Au lendemain des élections législatives, Léhady Vinagnon Soglo a rassuré le maire Alain Fortunet Nouatin quant à sa réélection à la tête de la Commune d’Abomey. Au fil des jours, le maire a commencé par craindre que les assurances de son leader deviennent des promesses électorales. Ainsi, il a mis en exécution son plan B en cooptant 7 conseillers qui l’ont rejoint au sein de l’Un. La ville d’Abomey est alors divisée entre Alain Fortunet Nouatin et Blaise Ahanhanzo Glèlè qui se livrent une guerre fratricide. Le peuple étant souverain, lors des élections communales, la population a rendu son verdict à travers les urnes. Les résultats officiellement proclamés accordent 10conseillers à la Rb-Rp et 07 à l’Un. Logiquement, Blaise Ahanhanzo-Glèlè devrait être plébiscité à la tête de la mairie d’Abomey. Mais erreur ! Selon les indiscrétions, Lvs soutient, contre toute attente, Séraphin Adimou, Chef de l’arrondissement de Vidolé. Cette information qui circule au sein de l’opinion à Abomey est mal accueillie par les Renaissants de la cité historique du Bénin qui menacent d’agir. Selon eux, Lvs prend ces « décisions cavalières » dans le vil dessein de détruire Blaise Ahanhanzo-Glèlè et Luc Sètondji Atrokpo à cause de leur hégémonie sur les villes d’Abomey et de Bohicon. Ce faisant, disent-ils, il sabote plutôt les bases et les acquis du parti. «Les dernières consultations électorales ont prouvé que sans ces deux lieutenants, le parti ne peut plus atteindre la performance réalisée dans le Zou», a fait observer Vincent Acloboué, membre influent du parti à Bohicon. Au regard donc de la situation qui prévaut actuellement sur le terrain, souligne-t-il, Léhady Vinagnon Soglo a intérêt à se raviser et à discipliner sa troupe au risque de mettre en lambeau le parti, le patrimoine commun des Houégbadjavi.

 Zéphirin Toasségnitché (Br Zou-Collines)