Spread the love
inoussa-dandakoy
Le nouveau maire de Malanville élu dans des conditions obscures

L’installation des Conseils communaux a démarré hier dans des départements conformément aux textes. Au total, 20 maires ont été élus dans le Mono-Couffo, le Zou-Collines et l’Atacora-Donga.

Inoussa Dandakoy, mal élu à Malanville

 Le bal des coups fourrés des Fcbe pour obtenir, coûte que coûte et par des procédés tordus, la majorité au sein des conseils communaux a démarré. La Commune de Malanville en a fait les frais dans la journée d’hier avec une mauvaise élection organisée par le Préfet des départements du Borgou et de l’Alibori Salamatou Kora épouse Ponou.

Selon les témoignages, le Préfet était simplement en mission pour les Fcbe ce lundi soir. En effet, prévue pour se tenir autour de 15 heures, la séance a eu lieu une heure après, un peu juste après l’arrivée de cette dernière. Une fois en salle, celle-ci a procédé à la vérification des mandats des conseillers ainsi que leurs identités. A cette occasion, l’Alliance Soleil a fait savoir à l’autorité les procurations qu’elle détenait et, les vérifications afférentes ont été faites. Il faut souligner que dans cette Commune, l’Alliance Soleil a eu 12 conseillers contre 13 pour les Fcbe qui sont majoritaires. Après l’étape des vérifications, le Préfet a procédé à la lecture des textes et à l’article 400 concernant l‘élection des maires. Dans son explication, elle faisait comprendre aux conseillers que c’est la candidature unique qui va prévaloir et qu’il revient au Parti majoritaire seul de désigner son candidat. Les membres de l’Alliance Soleil ont estimé que l’autorité faisait une mauvaise interprétation des textes et ont tenté, en vain, de la ramener à la raison. Dans la foulée, ils lui ont demandé ce qu’elle ferait si le candidat désigné par le Parti majoritaire perdait. Elle a rétorqué que celui-ci passe, peu importe son suffrage. Courroucés, les conseillers de l’Alliance Soleil ont, dans un premier temps, demandé une suspension. Ce qui ne leur a pas été accordé. Ils se sont donc, selon les informations, retirés de la salle. Le Préfet selon les mêmes sources, a gardé par devers elle les procurations de l’Alliance Soleil et a lancé les hostilités en l’absence de ceux-ci.

 Les calculs n’arrangeaient pas les Fcbe

La stratégie du Préfet était inspirée, selon les informations, par le fait que les Fcbe étaient dans une incertitude quant à la prise de la mairie. En effet, bien qu’étant minoritaire, l’Alliance soleil avait déjà négocié et obtenu l’aval de deux conseillers Fcbe. Ceux-ci étaient déjà prêts à faire basculer la tendance au cours de la séance d’hier. Mais, apparemment très bien informée, la Préfète en mission, a utilisé les méthodes fortes pour imposer son maire. Non seulement elle a réussi à imposer sa logique, mais elle a tout simplement pris, par devers elle, les procurations des autres dont elle s’est servie pour faire son coup en leur absence. L’acte est digne d’un coup téléguidé. « Au cours des échanges, les conseillers de l’Alliance Soleil lui ont fait cas de l’exemple de la Commune de Pèrèrè où le Parti majoritaire a eu la Mairie et que l’autre parti a eu les autres postes. Notre Préfet a rétorqué que celui qui a organisé les élections là-bas s’est trompé et qu’à sa place, elle ne le ferait jamais », a expliqué la source. Au terme de l’élection, les Fcbe ont pris tous les postes jusqu’aux chefs d’arrondissement. L’actuel Maire se nomme Inoussa Dadakoy.

 AT

 3 installations, plusieurs reports dans l’Atacora-Donga

L’installation officielle programmée de 7 Conseils communaux sur les 13 que comptent les départements de l’Atacora et de la Donga ne s’est pas effectuée comme prévu. Trois conseils communaux ont pu s’installer. Il s’agit des Conseils communaux de Kouandé dont le maire est Idrissou Daba, Toucountouna, Sébastien Paatcha, et Djougou Mickaël Bassabi Djarra. Par contre, l’installation des conseils communaux de Tanguiéta, Natitingou, Kérou et Bassila a été reportée pour diverses raisons. L’absence des délégations préfectorales devant conduire l’installation a été évoquée par endroit et dans d’autres localités, les conseillers disent qu’ils n’ont pas été saisis par l’autorité de tutelle. Seule la Commune de Bassila a enregistrée la protestation farouche des populations. Elles ont pris d’assaut très tôt la route nationale inter Etats n°3. Des barricades ont été posées par ces populations à hauteur de Pénéssoulou pour exiger de sursoir à l’installation du Conseil communal de la localité. Elles réclament le verdict du recours formulé à la cour suprême par l’alliance Abt contre la liste Fcbe. A cette occasion, cette ville de Bassila était militarisée par les forces armées béninoises qui ont reçu une réquisition de l’autorité préfectorale de Natitingou. Là-bas, la situation reste toujours tendue. Ce jour Mardi 28 juillet est prévue, l’installation des conseils communaux de Ouaké, Pehunco, Boukombé, Matéri, Cobly et Copargo.

Hervé M. Yotto (Br Atacora-Donga)

 7 maires élus sur 14 dans le Borgou-Alibori

Depuis hier, les conseils communaux de 7 des 14 Communes des départements du Borgou-Alibori sont installés. La Commune de Pèrèrè sera dirigée par une dame, Mariétou Tamba de l’Alliance Soleil. Elle a réussi à pactiser avec les élus Fcbe pour ravir la vedette au candidat unique de l’alliance Soleil. Surpris, les élus de l’alliance Soleil ont vidé la salle après l’élection du maire. Ce qui n’a pas empêché la poursuite de l’élection des adjoints et chefs d’arrondissement. De sources dignes de foi, Mariétou Tamba serait sur le point de démissionner de l’Alliance Soleil pour rejoindre les Fcbe. Egalement, d’autres sources informent que les conseillers majoritaires s’apprêtent déjà à formuler un recours pour l’invalidation de l’élection du maire. A Sinendé, Akibou Yaya est désormais le maire de la Commune. Il est issu de l’alliance Soleil qui a tout raflé sur son passage. A Banikoara, les membres du Conseil communal ont élu, le lundi dernier, Innocent Sanni Sabi Yo de la liste Forces cauris pour un Bénin émergent comme maire de la Commune. A Karimama, l’ancien maire Maman Bello Moussa des Fcbe a été réélu et pourra sans doute continuer avec ses projets entamés pour le développement de sa Commune. A Kandi, l’alliance Soleil qui sort majoritaire avec 12 conseillers sur les 19, a fait confiance au maire sortant, Alidou Démonlé Moko. La Commune de Kalalé sera dirigée, pour les 5 années à venir, par Orou Sé Guéné. L’ancien député de la 6ème mandature s’est fait élire sous la bannière de l’Alliance pour un Bénin triomphant (Abt). A Malanville, une confusion s’est installée au point où 11 conseillers Fcbe ont procédé à l’élection du maire qui répond au nom de Inoussa Dandakoué. A Bembèrèkè, l’élection du maire de n’a pu se tenir hier mercredi 27 juillet 2015. Selon nos sources, un élu cauris a été empêché, par les forces de sécurité, d’entrer dans la salle. Ce dernier qui répond au nom du François Sina a confié avoir remis une procuration mais, se sentant plus en forme, il a décidé de rejoindre ses collègues pour l’installation. Ce qui n’aurait pas plu à ceux-ci qui craignaient que son vote soit en leur défaveur. Cinq autres Communes vont installer leurs conseils ce mardi. La municipalité de Parakou va connaître le visage de son maire le mercredi 29 juillet 2015. Et pour ce faire, les cauris tiennent le mardi 28 juillet à Komi, un village d’un arrondissement de N’Dali, une rencontre d’harmonisation afin d’aplanir les divergences et l’appétit des nombreux prétendants au poste de maire.

 Clément Dognon (Br-Borgou-Alibori)

 Casimir Sossou, William Fangbédji, Vincent Akakpo, maires du Couffo

Casimir Sossou, William Fangbédji et Vincent Akakpo sont les nouveaux maires élus respectivement à la tête des Communes d’Aplahoué, de Lalo et de Dogbo dans le département du Couffo. Ils ont été unanimement désignés par leurs Conseils communaux hier lundi 27 juillet 2015 en présence des autorités préfectorales des départements du Mono et du Couffo. A l’instar de ces maires, Christophe Mègbédji, Dohou Honfin Séraphin et Rigobert Tozo ont également été élus premiers responsables des Communes de Klouékanmè, Djakotomey et Toviklin. Leur élection fait suite à l’installation officielle des conseils communaux par le préfet des départements du Mono et du Couffo, Corentin Kohoué. En effet, à l’installation de ces nouveaux autorités locales, le préfet Corentin Kohoué a félicité les nouveaux élus et leur a prodigué de sages conseils. Il les a exhortés à taire leurs divergences et à travailler pour le rayonnement économique de leur Commune car, martèle-t-il, il est temps que ces Communes amorcent leur développement économique. Ces exhortations ont été bien accueillies par les nouveaux élus qui ont promis faire feu de tout bois pour relever les défis de développement à eux assignés. A noter que Sylvain Dahoué, Nouléhounsi Oké, Dénis Sossoukpoui, Gabriel Togbédji et Mahouna Tchiwanou sont respectivement premiers adjoints au maire d’Aplahoué, de Lalo, de Dogbo, de Klouékanmè et de Djakotomey.

 Claude Ahovè (Br Mono-Couffo)

 Atrokpo et Avimadjènon reconduits à Bohicon et Djidja, Taïo s’en va à Ouessè

Le préfet des départements du Zou et des Collines, Armand Maurice Nouatin, conformément aux dispositions du Code électoral, a ouvert, ce lundi 27 juillet 2015, le bal de l’installation des conseils communaux. Par un arrêté préfectoral, il a convoqué, pour cette première journée, les conseillers communaux de Bohicon, Zogbodomè et Djidja pour le compte du Zou, Bantè et Ouèssè pour les Collines, à l’installation et à l’élection des maires. A l’ouverture de la séance à Bohicon, l’autorité de tutelle a rappelé à ses invités l’objectif de la rencontre. Après avoir procédé à l’appel des conseillers élus, il a vérifié leur identité afin de s’assurer de leur présence effective. Cette mesure, précise-t-il, vise la transparence dans la conduite des opérations. Les mêmes procédures ont été observées dans les autres Communes, sauf qu’à Zogbodomey, la cérémonie a été reportée. Au terme des opérations de vote, les maires Luc Sètondji Atrokpo de la Commune de Bohicon, Innocent Kokou Akobi de Bantê et Placide Avimadjènon de la Commune de Djidja ont conservé leurs sièges. Par contre, à Ouèssè, Samuel Taïo n’a pas pu avoir son billet. Les conseillers ont porté leur choix sur Firmin Ibidon Akpo, un élu des Forces cauris pour un Bénin émergent. La forte mobilisation de la population autour de ces mairies dénote de l’importance que les citoyens accordent désormais au pouvoir local. Comme en de pareilles circonstances, les forces de l’ordre ont été déployées sur le terrain pour assurer la sécurité et éviter d’éventuels débordements.

 Zéphirin Toasségnitché (Br Zou-Collines)