Spread the love
djogbenou
Les successeurs de Djogbénou se bousculent

Beaucoup s’échauffent déjà dans les couloirs. L’actuel ministre de la Justice et de la législation, Joseph Djogbénou, est sur le point de quitter le gouvernement. Son poste est déjà lorgné par beaucoup de juristes de la mouvance présidentielle.

Chacun y va de ses stratégies. Les experts des couloirs et des affinités discrètes les utilisent sans bruit. Quant aux grands laudateurs habitués des réseaux sociaux et mass médias, ils ne se fatiguent plus de montrer qu’ils sont là et qu’ils sont depuis longtemps amoureux d’un régime qui,peut-être, les oublie un peu. En tout cas, les hommes de sciences arborent leurs atours politiques en vue de s’asseoir dans ce fauteuil extrêmement intéressant. Qui gagnera le cœur de Patrice Talon ? Un avocat comme Joseph Djogbénou ? Un enseignant ou un praticien? Le nom sera sans doute connu en tout cas, avant le 10 juin. Mais, une chose est sûre, ce ne sera pas une sinécure. Le secteur de la justice fait face à de nombreux défis que Joseph Djogbénou a commencé tout progressivement par relever. Les réformes enclenchées devront se poursuivre avec tous les acteurs. Les réformes au niveau de l’organisation judiciaire, la question pénitentiaire, les recrutements enclenchés dans le secteur de la justice, le vote des textes (code pénale et autres), bref, les défis sont encore énormes. L’Etat étant une continuité, son prédécesseur devra poursuivre les actions. Mais le plus dur reste l’héritage politique laissé par l’homme. En fait, Joseph Djogbénou part à la Cour constitutionnelle dans un contexte un peu difficile. Son engagement politique au sein du Nouveau départ a été sans faille. Sur plusieurs sujets, l’homme a pratiquement choisi, à des moments donnés, de sacrifier certaines choses au profit de son engagement aux côtés du président Talon. Les débats sur la suppression du droit de grève aux magistrats, la révision de la Constitution, le dossier Atao et bien d’autres sujets ont fait polémique. Sur ces différentes questions, l’homme a été suffisamment vilipendé, mais a aussi soutenu jusqu’aux tripes la position du gouvernement. Son successeur pourra-t-il avoir autant d’engagement pour défendre le gouvernement quand des débats aussi sérieux se poseront ? Surtout que le Bénin aborde d’ici quelques mois les échéances électorales, le remplaçant de Joseph Djogbénou sera un peu sollicité.

 AT