Spread the love
TALON-NOUVEAUAprès sa double prestation de haute facture face à la diaspora béninoise en France et lors de l’émission « débat africain » sur Rfi, Patrice Talon est à nouveau victime d’un montage. Paniqués et déboussolés par la qualité et la pertinence des idées du candidat à la présidentielle de 2016, ses détracteurs et  adversaires viennent de lancer qu’il est  mis en examen par la justice suisse dans le dossier Pvi. Un vrai canular, preuve que l’opérateur économique fait trembler.
Affaires d’empoisonnement et de coup d’Etat, intrants coton, Sodeco. Tout ceci n’aura pas suffi pour flinguer Patrice Talon en plein vol. Le dossier Pvi est aussi passé par là, avec une série de communications malveillantes dirigées contre l’opérateur économique. C’est d’abord Yayi Boni qui s’est illustré en conseil des ministres dans cet exercice digne des pratiques de la béninoiserie (jalousie et calomnie). Ensuite, il a lancé ses chiens d’attaque de l’Institution douanière, qui en ont fait une affaire personnelle. Tous ces agissements qui ont pour but de mettre en difficulté Patrice Talon  et de retourner la colère  de l’opinion publique contre lui se sont plutôt révélés comme des pétards mouillés. Et pourtant, les détracteurs du candidat n’entendent pas abdiquer. D’autres scénarii sont montés  toujours pour atteindre le même but. Depuis quelques heures, on reparle du dossier Pvi sous forme d’un nouveau complot qui aurait fait un détour par la justice suisse pour déstabiliser  le magnat du coton, candidat à la présidentielle de 2016. La nouvelle selon laquelle Patrice Talon est inculpé et mis en examen par la justice suisse  dans le dossier Pvi-Ng, parce que sa société Bénin Control aurait disposé d’importantes sommes d’argent au détriment de la société d’origine suisse Sgs, s’est répandue comme une traînée de poudre. L’opinion, dans son ensemble, a pris au sérieux la nouvelle. Le candidat, resté imperturbable y est indifférent. Sorti de plusieurs tourments, ce n’est pas une affaire cousue de fil blanc qui va le déstabiliser. Patrice Talon a déjà traversé monts et vallées et est totalement aguerri à affronter n’importe quelle bataille. En cherchant à l’acculer, c’est peine perdue.  L’entêtement du régime et de ses valets à nuire à l’homme d’affaires qui s’est toujours soldé par des échecs apparait comme un signe de faiblesse et l’illustration d’un système qui tremble face à la machine Talon, décidée à aller jusqu’au bout. Croire que le candidat réformateur reculera devant ces manœuvres de basse classe, c’est se faire des illusions. Il n’y a plus d’arguments à opposer à l’homme pour le coincer, et c’est ce qui fait qu’on assiste à cette cabale gratuite. Pendant que Patrice Talon invite à un débat d’idées, ses adversaires préfèrent s’attaquer à sa personne. Et, pourtant, il a survécu à tous les pièges et aux manœuvres de nuisance. Tout cela donne de l’insomnie au camp adverse. Aux uns et autres d’en tirer des leçons.
AT