Spread the love
CLEMENT-A-DIEU
Inhumation du regretté Clément Dognon

Le Chef Bureau Borgou Alibori du groupe de presse Le Matinal Clément Dognon a été conduit à sa dernière demeure samedi 19 décembre 2015 à Parakou après avoir été abattu le 09 décembre 2015 dans la même ville …..

Tragique fut sa perte, douloureuse la séparation. Les deux jours consacrés aux funérailles de Clément Dognon étaient pour ses proches parents et confrères, la grande épreuve. Le vide est encore entier, d’aucuns continuent de ne pas le réaliser. L’atmosphère ce vendredi soir à la maison mortuaire était lourde. Les yeux larmoyants, le cœur chargé d’amertume, très peu de temps était accordé aux longs discours. L’affliction a engourdi les jambes et asséché les palais. Personne ne parlait, chacun ruminait à sa manière sa douleur, tellement la peine était grande. La vie arrachée cruellement aux affections des plus chers, l’épreuve était lourde à supporter. Le départ de Clément était un coup de poignard , a estimé l’assistance presque inconsolable. Après la veillée de prière assez brève le vendredi, rendez-vous a été donné tôt le matin pour la levée du corps. Il sonnait 5 heures et quelques minutes. Ce qu’on redoutait le plus, arriva. Le corps du confrère sans vie allongé dans le cercueil fit son entrée dans la maison familiale

CLEMENT-A-DIEU-3
Le Groupe de Presse  »Le Matinal » mobilisé

pour le dernier au-devoir. La douleur était vive. Le froid glacial de ce matin du samedi 19 novembre rendait l’atmosphère pesante. Dans la foulée, des gémissements, des complaintes, des pleurs. Quelques instants après, on vit la tante du défunt. Une octogénaire. Elle fit la dernière prière avant le recueillement des parents, amis et confrères du regretté. Chaque mot qu’elle prononçait en patois était lourd de sens et l‘assistance acquiesçait. Après ce cérémonial, le recueillement a démarré. Le défilé des amis parents et confrères s’est poursuivi jusqu’après 8 heures, quand la dépouille a quitté définitivement le domicile familial. Il y eut une grande procession jusqu’à l’église.

Clément, un homme de cœur et de parole
Il n’a pas simplement côtoyé Clément, il l’a pratiqué. Le curé de la Paroisse saint François de Sales à Parakou s’est dit affligé par ce qu’il appelle la persécution de la mort. Clément témoigne-t-il, est un assoiffé de la justice, un homme de vérité, de parole. « Clément est entré dans ce grand silence. Nous prierons au cours de cette rencontre

CLEMENT-ADIEU-2
Le Vice président de la Haac (à droite) à la messe

d’intimité avec Dieu pour qu’il nous donne la soif de nous aimer les uns et les autres. Celui qui n’aime pas ne connait pas Dieu parce que Dieu est amour », a-t-il déclaré. A la fin de la célébration, la parole fut donnée aux proches parents et confrères pour les témoignages. Pour le Vice Président de la Haute autorité de l’audiovisuelle et de la communication (Haac) Souleymane Ashanti, le pire pouvait être évité. Il a profité pour appeler la presse à être la voix des sans voix des hôpitaux publics. Ces compatriotes malmenés, oubliés, trainés par certains assermentés pour qui, la vie ne vaut pas des sandales usées. Le frère de Clément assez fort pendant toute l’épreuve, est intervenu pour remercier les proches amis et confrères. Il a demandé à l’équipe du Matinal de continuer la lutte. « Mon frère est parti. Ce que je vous demande, c’est de continuer la lutte », a-t-il déclaré. Après l’église, départ pour le cimetière de Parakou où Clément a été inhumé.

HA