Spread the love

Avant les dernières élections communales, peu de personnes pouvaient parier sur le fait que la Rb allait reprendre la tête de la mairie de Cotonou. Face aux ambitions poussées de l’Un et à la ténacité du Prd, le parti phare de Cotonou, depuis les années 1990, était parti pour échouer ! Mais les Cotonois savent faire la part des choses. Ils savent que les élections communales sont différentes des élections législatives ! Les Soglo ont été sanctionnés lors des législatives pour avoir été présents dans les derniers gouvernements de Yayi à travers leur parti. Mais, pour ces élections communales, les Soglo ont été réconfortés par les Cotonois qui croient qu’ils n’en sont pour rien si la ville est toujours inondée en saison pluvieuse. Ils pensent que le président-maire, Nicéphore Soglo, et son équipe ont fait de leur mieux en 12 ans de gestion sans pouvoir parvenir à faire de Cotonou, une citadelle imprenable… La dernière sortie de Soglo père sur la télévision Canal 3 les a particulièrement rassurés. Ils se sentent plutôt floués par le gouvernement qui refuse manifestement d’assister la municipalité de Cotonou qui a besoin de grands moyens pour parvenir à endiguer le mal. Ils ne digèrent pas, non plus, Ie fait d’avoir été dépouillés par des escrocs habillés en pasteurs protégés par les proches du roi des Fcbe. Le rapport du Fmi qui accable le régime sur le sujet a été caché au peuple par les gouvernants. Mais, leur bien-aimé, Nicéphore Soglo, les aime trop pour ne pas leur offrir le sésame. Justement, cela a suffi pour les convaincre de faire confiance à son parti. Voilà comment le fils, Léhady Soglo, a pu conquérir le cœur des sympathiques Cotonois qui préfèrent entourer la « victime » de soins au lieu de porter assistance à son « bourreau ». Léhady est ainsi assuré de diriger la mairie de Cotonou. Ce sera sa première expérience en tant que maire. Lui qui a été longtemps premier adjoint sous son père.

En sortant indemne de ces élections communales, le président de la Rb peut se frotter les mains. Après avoir été tancé par ses adversaires politiques, il se trouve renforcé par les nombreuses femmes des marchés volées dans l’affaire Icc-Services, les jeunes militants, les anciens Fcbe… Léhady Soglo doit beaucoup à son père qui n’a pas hésité à descendre sur le terrain pour battre campagne pour lui. Même si on lui fait souvent le reproche d’être toujours un « fils à papa », quel candidat n’aurait pas voulu avoir comme soutien Nicéphore Soglo ? La simple évocation du nom de l’ancien président de la République peut faire des émules !!! Léhady n’avait qu’à se positionner pour s’offrir des milliers de voix… Heureusement, il a avancé des idées fortes devant les Cotonois.

Opposé à Yayi depuis quelques mois, il devait passer un test grandeur nature face aux Fcbe à Cotonou. Mais, l’alliance chère au chef de l’Etat est en décrépitude avancée. La division qui a gagné le regroupement n’a rien arrangé. Sur le terrain, Raphaël Edou, Justin Adjovi, Hubert Balley… sont restés amorphes. Ce qui confirme qu’ils ne pèsent pas grand-chose. Ils ont surtout été plombés par la gestion catastrophique et hasardeuse de leur leader, Yayi Boni, depuis 9 ans, les nombreux scandales qui ont émaillé le régime, les manœuvres de leur chef dénoncées par Nicéphore Soglo tendant à asphyxier financièrement la mairie de Cotonou aux mains de la Rb et surtout l’affaire Icc-Services dont le rapport du Fmi a étalé au grand jour les complicités au sommet de l’Etat pour encourager le vol des pauvres populations. Evidemment, le candidat Léhady Soglo a profité de ce boulevard pour recueillir des voix dans les traditionnels bastions de la mouvance depuis 2006.

L’échec de l’Un lors de ces élections est patent. Avec son porte-étendard, Candide Azannaï, le plus grand regroupement politique de l’opposition a laissé des plumes. En espérant prendre la tête de la mairie, l’ancien homme fort de la Rb n’avait peut-être pas évalué les efforts à faire. Et son ambition de faire passer Cotonou au Cp, c’est-à-dire à Cotonou propre, est à l’eau ! Les Cotonois veulent plutôt que Cotonou reste au Ci !!! D’autant qu’ils ont dressé le tapis à la Rb qui tient à ses acquis. Léhady Soglo pourra alors poursuivre la mise en œuvre de son programme 3 Ci, c’est-à-dire Cotonou en campagne contre les inondations. Azannaï doit comprendre que la donne n’était pas la même pour ces élections municipales. En plus, le roi des Fcbe qui était son principal directeur de campagne lors des législatives, n’a rien fait pour lui…

 Epiphane Axel Bognanho