Spread the love

MoringaLes vertus de la plante végétale Moringa attirent désormais les escrocs. Un groupe organisé disposant de divers numéros de préfixes appartenant à la France et des pays de l’Afrique, a fait de cette plante une matière d’escroquerie.

La cybercriminalité n’est plus le mode opératoire des arnaqueurs. La nouvelle trouvaille est le Moringa et sa sève. Depuis 2009, les génies de cette nouvelle filière d’escroquerie se la coulent douce. Ils ont réussi déjà à faire plusieurs dizaines de victimes. Les montants malicieusement extorqués sont effarants. Pour certaines victimes, c’est plus de 47 millions de francs dépossédés. La sève de Moringa fait désormais saigner. Le Bureau de contrôle national de l’Interpol, est saisi de plusieurs dossiers de ces cas d’escroquerie. La ruse des acteurs de cette entreprise d’escroquerie est si pensée, que les victimes tombent facilement dans le guet-apens. Seulement, depuis 2009, les enquêtes n’aboutissent pas encore.Or, selon la Police, il faut mettre la main sur au moins de ces gangsters pour sanction avec la dernière rigueur, pour que cela serve d’exemple. La Police qui continue de déployer les moyens afin de décourager à jamais ces pratiques criminelles, ne dispose pas encore d’éléments qui lui permettent de faire de la sensibilisation à grande échelle. C’est donc, par défaut d’information pour le public, que les arnaqueurs continuent leur sale besogne. C’est dire, qu’il est plus qu’urgent que toutes les populations aient la bonne information pour se prémunir de ces escrocs, qui se renseignent sur leur victime avant d’agir.

 Autre temps, autre stratégie

 Hier, le mode opératoire était les transactions bancaires. Les arnaqueurs proposent à leurs victimes des projets qui nécessitent un investissement de quelques millions, pour des gains très intéressants. Au fil des années, tout le monde s’est rendu compte de ce système d’arnaque. Mais les professionnels de la vie facile, qui s’enrichissent sous le dos et la sueur de citoyens honnêtes, ne bloquent pas leurs réflexions. Après, les transactions bancaires, vint l’Internet. Il est proposé vis la toile, à des gens, des projets dont la finalité rapporterait gros et même rendrait riches ceux qui prendront le risque. La cybercriminalité ayant révélé ses limites, le laboratoire des arnaqueurs a découvert le Moringa et sa sève. Ces dernières années, les spécialistes en santé et les herboristes font la promotion de cette essence végétale. Les escrocs ont à nouveau saisi la balle au bond. Aujourd’hui les filous semblent avoir abandonné les transactions bancaires et le mode opératoire par Internet. Le Moringa qui cadre avec l’actualité médicinale, sert d’alibi pour extorquer de millions de francs aux victimes. Les fripons, toujours à la recherche de stratégies pour atteindre leur but, rivalisent certainement d’ardeur pour poursuivre leurs activités illicites, en toute tranquillité. Que réservent-ils demain aux citoyens ? La vigilance doit être de mise pour éviter d’être des proues faciles pour aigrefins.

 Jean-Claude Kouagou

commissaire-jean-baptiste
Le commissaire Jean-Baptiste appelle à la vigilence

 Jean-Baptiste Yantékoua sur la vente de la sève de Moringa: « Méfiez-vous des arnaqueurs »

 Le commissaire adjoint d’interpol Jean-Baptiste Yantékoua, reçoit depuis un certain temps, des plaintes de la part des victimes d’un réseau d’escrocs organisés. Cette bande a déjà escroqué beaucoup de citoyens. Le commissaire explique ici leur procédé.

« Il faut dire que la bande opère il y a un bon moment et que le mode opératoire est le même. Parce que c’est une bande organisée d’une dizaine de personnes. Le meneur vous appelle, vous fait croire que vous l’avez aidé entre-temps et qu’il est présentement en France. Il vous dit aussi qu’il est avec un tuteur et que ce dernier a des entreprises, et que c’est un docteur qui travaille dans un laboratoire qui utilise la sève de moringa. Que le docteur aurait souhaité avoir un interlocuteur ici au Bénin, et qu’il aimerait que vous soyez l’interlocuteur. Il arrive qu’il vous passe le docteur et celui-ci vous confirme les dires du premier et ajoute que le précédent interlocuteur serait déjà mort et qu’il vous choisit pour le remplacer. Quand vous êtes d’accord il vous passe son complice qui prétend être son chauffeur, qui vous indique quelqu’un d’autre qui est dans la sous-région et qui connait un réseau de distribution de la sève de moringa. Il vous fait croire que ce dernier se trouve au Togo par exemple et qu’il faudrait que vous lui envoyez de l’argent pour qu’il puisse le retrouver. Même si vous lui dîtes non, il vous fait croire qu’il est allé au Togo, parce qu’il vous appellera avec un numéro du Togo et après, un vieux vous appelle pour vous dire que c’est lui qui fournit la sève de moringa en quantité industrielle et qu’il est prêt à vous fournir la quantité que vous voudriez et que si vous êtes prêt à envoyer l’argent pour l’embarquement du produit et pour les frais de voyage. Pendant ce temps le complice qui se trouve en Europe vous appelle, pour vous annoncer son arrivée et qu’il faudra tout faire pour que le produit soit disponible dès sa descente. Quelques jours plus tard il vous appelle avec un préfixe africain pour vous dire qu’il est déjà dans un pays de la sous région et que pour des raisons techniques, il est bloqué à l’aéroport. Ensuite, il mettra la pression sur vous afin que le produit soit disponible dès son arrivée. Dans cette pression de part et d’autres si vous n’êtes pas fort, vous cédez, vous envoyez l’argent. Quand vous envoyez l’argent par transfert, puisqu’il n’accepte jamais les rencontres, ils vous font croire que le produit a été intercepté à la douane et qu’il faut encore de l’argent pour régler le problème. Après vous avoir arnaqué et quand ils constatent que vous avez découvert le pot au rose, ils se déconnectent. Plus aucun numéro ne marche à partir de ce moment là. Cette mise en scène, c’est un réseau qui depuis deux ans opère au Bénin, au Togo, au Ghana et parfois même du Cameroun. Et depuis deux ans ils ont amassé des centaines de millions auprès des victimes. En espace d’un mois, j’ai eu plus de 5 plaintes où quelque part ils ont pris 5 millions, pour une autre plainte, ils ont pris près de 60 millions…. Donc c’est devenu récurrent. Ils ne font que ça et c’est une industrie d’escroquerie qui fonctionne. Je voudrais mettre en garde les Béninois. Si quelqu’un reçoit un appel et son interlocuteur lui parle de sève de moringa qu’il se méfie parce que ce sont des arnaqueurs. Que les Béninois ne s’y prêtent pas, d’ailleurs, ne faites jamais de transfert d’argent à quelqu’un que vous n’avez jamais vu, que vous ne connaissez pas. Nous sommes à pied d’œuvre pour pouvoir dénicher les responsables de cette grande escroquerie organisée. Par la grâce de Dieu, nous allons les prendre un jour et nous ‘allons les présenter à la presse et tout le monde les verra ».

 Transcription : Inès Kouagou (Stag.)

 

L’inréressé

A

Monsieur le Commissaire de l’Interpol

Objet : Saisine pour escroquerie Dans une affaire de MORINGA

Monsieur le Commissaire,

Je viens par la présente vous tenir informer que j’ai été victime d’escroquerie d’un réseau structuré qui opèrerait dans le secteur de la sève de MORINGA.

Les faits se présentent comme suit :

Le mercredi 27 mai 2015, j’ai reçu un appel du numéro +33 672751703. Le correspondant serait un étudiant en médecine qui m’a connu quand j’étais en poste à …….. Il m’informe qu’il a bénéficié d’une bourse d’études en France et que son tuteur, le Dr Pierre Vieyra serait en fonction dans un Laboratoire utilisant des extraits de MORINGA pour la fabrication de compléments alimentaires. L’étudiant m’a mis en contact avec ledit docteur.

En prenant le relai, Dr Vieyra m’explique qu’il avait au Bénin un représentant du nom de ADEOTI qui servait d’intermédiaire dans cette affaire. L’intéressé serait décédé. Et il saisit l’occasion de ma connaissance avec son étudiant pour me proposer d’accepter d’être son nouvel interlocuteur au Bénin. Il m’a fait croire que je serai bien rémunéré. Dr Vieyra me demande si je veux un paiement en liquidité ou par virement. Ne voulant pas communiquer mon numéro de compte, j’ai répondu liquidité. Par la suite, il m’a donné le numéro 95958228 qui serait le contact du chauffeur de Feu ADEOTI qui connaît le circuit au TOGO. Le chauffeur s’appellerait Marc SOGLO.

Le contact établi avec ce dernier, je lui ai demandé de venir me voir. Il m’a répondu qu’il est à Djougou. Il m’a aussi fait savoir qu’il est préférable de lui envoyer de l’argent par les moyens de transfert afin qu’il puisse rejoindre SOKODE au TOGO pour accomplir la mission.

Arrivée au TOGO, au moyen du numéro +228 99127274, il m’a mis en contact avec ses hôtes : un vieux et son fils SOTONDJI Rémi. Le vieux réclame 2.500.000F CFA pour avance et frais de constitution de pièces (papiers sur le traitement phytosanitaire, papiers d’embarquement et frais de voyage). Je lui ai fait savoir qu’il était impossible de ma part de m’exécuter. C’est alors que le vieux revoie le montant à la baisse pour me communiquer un montant de 700.000F qui couvrirait strictement les dépenses de route.

Entre temps, Dr Vieyra qui devrait être à Cotonou le jeudi 28 mai, m’appelle avec le numéro +234 7052714499. Il me rassure qu’il est en Afrique, au Nigeria et que les fonds destinés à l’achat de la sève de MORINGA, sont transférés de Paris sur un compte à Cotonou. Puis après, il évoque des difficultés de vol par avion qui l’obligeraient à rejoindre le Cameroun d’où il viendra au Bénin.

Finalement, le vendredi 29 mai, à défaut d’envoyer 700.000F au TOGO, j’ai transféré 500.000F par le Canal « MoneyGram ». J’ai résisté par la suite aux pressions d’augmentation de montant qui devraient me conduire à m’endetter davantage.

Le dimanche 31 mai 2015, Dr Vieyra m’appelle avec le numéro +237 673671306. Il serait en direct du Cameroun. Il me met en confiance de bien vouloir trouver par tous les moyens, de nouveaux sous à transférer au TOGO afin de faire parvenir à Cotonou, les quantités de sève de MORINGA. A la suite de mon inaction, tous les numéros par lesquels Dr Vieyra m’a joint sont déconnectés. Le numéro par lequel j’étais en contact avec le TOGO est aussi injoignable.

Le chauffeur de feu ADEOTI, Marc SOGLO, m’apprend que le Vieux togolais lui a restitué les 500.000F et qu’il souhaite écourter son séjour de SOKODE. C’est la dernière conversation que j’ai eue avec les membres de ce réseau. Au matin du lundi 1er juin 2015, le numéro de Marc SOGLO (95958228) sonne, mais il ne décroche pas. Dans l’après-midi, le numéro est aussi désactivé.

Telle est Monsieur le Commissaire, la mésaventure dont j’ai été l’objet entre le 27 mai et le 1er juin 2015.

Je vous prie de vous en saisir, pour éviter que ce réseau ne fasse de nouvelles victimes.

 Pièce jointe : Reçu de transfert de fonds, cliquez plutôt sur l’image pour mieux lire

 tab-moriga