Spread the love

laourou-mEn état de veille et d’alerte maximale pour traquer les malfrats et autres contrebandiers, la douane a encore arraisonné il y a quelques jours, un important lot de marchandises. Après le cas du « faux douanier » démasqué et confié à la justice, c’est à une grosse cargaison de vins, sirop, whisky et autres liqueurs fortement taxés en douanes, que les douaniers en collaboration avec la police, ont arraisonnée. La cargaison a été présentée à la presse hier mardi 9 avril 2019, à Ouidah. Pour le commandant des douanes, Marcellin Laourou, chef de l’unité d’intervention rapide du Littoral/Atlantique, les 402 cartons de diverses boissons arraisonnés sont le résultat d’une synergie d’actions entre la Police républicaine, et les douaniers. Il  a une fois de plus saisi l’occasion pour dénoncer le mode opératoire  des contrebandiers. Ceux-ci, au lieu de passer les marchandises par les postes  douaniers, afin de s’acquitter régulièrement des taxes en vigueur, préfèrent contourner les agents.  Parfois, ils ont recours à des intermédiaires, et ceux-ci pour amoindrir les coûts et frais, font passer les marchandises par des voies détournées. Pour le cas d’espèce, les commerçants ont confié leurs marchandises à de jeunes piroguiers qui ont pris par le Lac Ahémé pour rejoindre la mer, afin d’accoster sur la plage ou à Djègbadji. Mais, mal leur en a pris. Ils n’ont pas réussi le coup. Ayant su que l’opération a été ratée, ils se sont enfuis, abandonnant la marchandise. Pour la suite de la procédure judicaire, Marcellin Laourou et ses hommes s’en remettent au  Procureur de la République pour poursuivre l’instruction du dossier.  Ce qui est sûr, « les contrebandiers encourent entre 2 à 5 ans d’emprisonnement  ferme selon les dispositions du Code pénal », a-t-il indiqué. Avant d’ajouter en direction des fraudeurs : « Il est temps qu’ils laissent leur sale besogne. Même s’ils fuient et passent sous l’eau, nous allons les arrêter. Le Code douanier actuel est sévère.  Certes, les réformes à la douane sont dures, mais le gouvernement a prévu des circonstances atténuantes et des mesures d’accompagnement. Donc, il ne faut plus contourner les postes douaniers.  »

 JPM