Spread the love

Le 15ème et dernier dossier inscrit au rôle des assises 2015 de la Cour d’appel de Parakou traite de l’assassinat du juge Sévérin Coovi. La cour présidée par le magistrat Ignace Edouard Gangny veut connnaître l’identité du vrai assassin du 1er président de la Cour d’appel de Parakou et ceux qui en sont les commanditaires. Depuis le samedi dernier, les prévenus ont commencé par défiler à la barre pour l’interrogatoire. Pour le récit des faits, feu Sévérin Coovi, le tout premier président de la Cour d’appel de Parakou, est revenu d’une mission effectuée à Cotonou le 06 novembre 2005. Le lendemain, aux environs de 14heures, son corps a été retrouvé inanimé dans la malle arrière de son véhicule de fonction, marque ‘’Terrano 4×4’’ immatriculé AD-4599-RB abandonné au bord d’une voie pavée au quartier Zongo 2 à Parakou. Les constatations faites sur le corps ont permis de conclure à un assassinat. Les investigations entreprises ont permis d’appréhender les sieurs Clément Adétona, Raïmi Moussé et Ramane Amadou. A la barre, le samedi dernier, le principal mis en cause, Clément Adétona, alors cuisinier du défunt qui avait reconnu et détaillé certaines circonstances de la mort de Coovi, a choisi la dénégation. Il a tout nié et a accusé les deux autres lors des différentes confrontations. Si Raïmi Moussé a reconnu avoir rendu deux fois visite au défunt, parce que ce dernier l’a aidé dans un dossier de justice, il n’a, cependant, pas reconnu les faits. Il a indiqué être l’objet d’un montage qu’aurait orchestré, sans doute, un de ses oncles qui est un magistrat et avec qui il avait des démêlés et qui aurait promis lui faire la peau. Ramane Amadou n’a pas reconnu les faits. Pour avoir refusé de céder au chantage de Clément Adétona et de ses acolytes pendant qu’il purgeait, à la prison civile de Lokossa, une peine pour escroquerie. Il a été indexé en 2007 par Adétona comme étant l’un des assassins de Coovi. Dans ce dossier qui a vu Rachidi Gbadamassi séjourner à la prison de Natitingou, aucun témoin ne s’est présenté le samedi dernier pour ledit procès qui reprend ce lundi.

 Clément Dognon (Br Borgou-Alibori)