Spread the love

unacrepLes responsables et délégués de l’Union nationale des caisses rurales d’épargnes et de  prêts (Unacrep) se sont retrouvés en assemblée générale ordinaire le vendredi 22 juin 2018, à Lokossa. C’est pour faire le point du chemin parcouru et prendre de nouvelles résolutions.

Dresser les bilans financiers de gestion de l’année 2017 et prendre de nouvelles mesures pour remédier aux difficultés endurées dans le fonctionnement de leur organisation. Tels sont les objectifs poursuivis par les responsables et délégués de l’Unacrep en organisant l’assemblée générale ordinaire le vendredi 22 juin 2018. Dans son allocution, la présidente du Conseil d’administration de l’Union, Biao Ainin Tabatou a précisé que cette rencontre entre dans le cadre de la traditionnelle organisation de leur assemblée générale ordinaire chaque année pour faire le point financier de la gestion de leur structure. « Cette séance a pour mission d’apprécier les grands travaux exécutés au cours de l’année écoulée et de prendre de nouvelles décisions pour le bon rayonnement de cette structure financière de l’Unacrep dont la mission est d’améliorer les conditions de vie des populations des milieux ruraux », a-t-elle indiqué. A l’en croire, son défi est de faire de l’Unacrep un levier de développement des communautés rurales et de la décentralisation. « C’est une structure qui regroupe 27.000 actionnaires représentés par des délégués répartis sur tout le territoire national à travers 13 creps », a-t-elle mentionné. Selon le directeur exécutif de cette structure financière, Laurent Tolomè, l’Unacrep doit aller plus loin et au-delà de ces attributions traditionnelles et quotidiennes. Elle doit, selon lui, se spécialiser dans le monde rural et s’engager à digitaliser ses services financiers afin de répondre aux défis de numérisation et de la technologie de pointe qui s’imposent à elle. « Ces nouvelles initiatives d’adaptation aux  services digitaux de l’Unacrep vont nous faire gagner en profit  et en économie. Cela permettra aux sociétaires d’être à la pointe du progrès et de la technologie» a-t-il précisé.

 Claude Ahovè

(Br Mono-Couffo)