Spread the love

adrien-houngbedjiA l’ouverture de la 2ème session ordinaire 2016 qui a eu lieu ce lundi 17 octobre, le président du parlement maître Adrien Houngbédji a présenté à ses collègues députés son rapport d’activité qui s’articule autour de quatre points que sont la politique, la gouvernance, le social et la sécurité.

Lire ci dessous l’intégralité dudit rapport

 

Rapport d’activité

INTRODUCTION :

CONTEXTE ET ENVIRONNEMENT  DE LA PERIODE

 

En exécution des dispositions de l’article 21 de notre Règlement Intérieur, j’ai l’honneur de vous présenter le rapport des activités menées à l’Assemblée Nationale dans la période allant du 1eravril au 30 septembre 2016.

Ce rapport est le troisième couvrant les activités menées au titre de la septième législature. Il s’articule autour des quatre (04) points suivants :

activités parlementaires ;

administration et gestion du parlement ;

coopération interparlementaire ;

audiences du président de l’Assemblé Nationale.

La période sous revue a été marquée par plusieurs événements sociopolitiques au Bénin. C’est au cours de cette période que le nouveau Président de la République a prêté serment le 6 avril 2016 et constitué le premier Gouvernement de la Rupture et du Nouveau départ.

Toujours au plan politique, on peut noter la remise au Président de la République du rapport de la Commission nationale chargée des réformes politiques et institutionnelles et surtout l’avancée réalisée dans la déconcentration administrative avec la nomination des préfets des douze départements ainsi que la désignation des six nouveaux chefs-lieux de département.

 

Au plan économique, la période a été essentiellement marquée par la dévaluation de la monnaie nigériane, le Naïra qui a impacté les revenus attendus du commerce de réexportation vers le Nigéria et entrainé une morosité sur nos marchés, en particulier celui des véhicules d’occasion, avec pour conséquence d’importantes pertes d’emplois. Toujours au plan économique et plus réjouissant, on peut noter que le Bénin a abrité le Caucus Africain des Gouverneurs Africains du Fonds Monétaire International (FMI) et de la Banque Mondiale, les 4 et 5 août 2016.

 

Au plan social, nos producteurs ont dû faire face, dans certaines régions du pays, aux effets des changements climatiques avec une forte pluviométrie ayant occasionné le ravage de dizaine d’hectares de cultures vivrières par les chenilles ainsi que le débordement de certains fleuves qui ont créé quelques désarrois.

 

De même le pays fait face à une épidémie de choléra, résultant des inondations enregistrées dans certaines localités.

Toujours au plan social, on ne peut passer sous silence le drame de Tori Avamè avec l’explosion à la décharge d’incinération de produits avariés qui a fait des morts et des blessés graves.

 

Au plan de la gouvernance locale, il y a lieu de regretter la crise au sein des conseils communaux, qui a pour conséquence, leur déstabilisation et la destitution de certains maires.

 

Au plan de la sécurité, il a été noté plusieurs cas de violences et d’insécurité ainsi qu’une recrudescence inquiétante de la vindicte populaire.

Au plan régional, il faut apprécier à sa juste valeur la décision de suppression des visas d’entrée au Bénin pour les Africains. Ce qui constitue un facteur accélérateur d’intégration.