Spread the love
assemblee-nvoA la faveur de la plénière du  mardi 15 décembre 2015, présidée par Adrien Houngbédji, les députés ont examiné et adopté quatre points inscrits à l’ordre du jour dont trois projets de lois portant autorisation de ratification d’accords de financements et de prêts. Les trois ratifications sont évaluées à 34, 8 milliards de francs Cfa.
Les trois ratifications ont été présentées aux députés par la commission des finances. Abordant la première ratification, le projet de loi portant autorisation de ratification de l’accord de financement, signé à Cotonou le 5 octobre entre la République du Bénin et l’Association internationale de développement (Aid), dans le cadre de la mise en œuvre du dixième financement à l’appui de la politique de développement pour la réduction de la pauvreté, est d’un coût global de 10 milliards de FCfa. Aux dires du rapporteur de cette commission, la ratification faite par les députés contribuera à l’amélioration de la gestion des finances publiques, la gouvernance du secteur public, la compétitivité du secteur privé et la diversification de l’économie, l’accélération de la croissance, le renforcement de la stabilité macro-économique et de l’amélioration de l’utilisation des ressources publiques. Également, cette ratification permettra à l’amélioration de la compétitivité du secteur privé, à la diversification de l’économie et des services sociaux aux populations vulnérables tels que la santé, l’éducation, l’eau et l’assainissement. La deuxième ratification estimée à 15 milliards de FCfa, soit 95,1% au titre du prêt de la Boad sur un coût global de 15,765 milliards de FCfa, concerne l’accord de prêt signé le 22 juillet 2015 entre la République du Bénin et la Banque ouest-africaine de développement (Boad) dans le cadre du financement partiel du projet de pavage de rues pour l’assainissement de douze villes, Allada, Banikoara, Bantè, Bassila, Covè, Djidja, Glazoué, Gogounou, Matéri, Ouessè, Ségbana et Toffo en République du Bénin. Une fois votée, elle contribuera à l’amélioration du cadre de vie des populations et des conditions de circulation par la construction des ouvrages d’assainissement. La troisième ratification, d’un montant 9,8 milliards de FCfa sur un coût global du projet estimé à 10 milliards 780 millions de FCfa, concerne l’accord de prêt signé entre le Fonds koweitien pour le développement économique arabe dans le cadre du financement partiel du projet de construction et d’équipement de l’hôpital de Tchaourou et six autres centres de santé. Les ministres de l’Urbanime et de la santé représentant le gouvernement ont apporté des clarifications aux préoccupations des députés.
Le traité révisé de la Cen-Sad aussi ratifié
Outre les accords de prêts, les députés ont également ratifié le projet de loi portant autorisation de ratification du Traité révisé de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (Cen-Sad) adopté à N’Djaména au Tchad le 16 février 2013. En effet, après 13 ans d’existence, les Etats membres de la Cen-Sad ont décidé de réviser le texte fondateur de cette organisation afin d’en faire une véritable organisation d’intégration régionale recentrée autour d’objectifs prioritaires et répondant aux besoins actuels spécifiques des populations de la zone sahélo-saharienne. C’est ainsi qu’au cours de la session extraordinaire tenue à N’Djaména le 16 février 2013, ils ont faire savoir que cette révision vient pour combler les insuffisances institutionnelles et corriger le déséquilibre qui caractérise le Traité, version du 04 février 1998. Comme objectifs, le Traité révisé de la Cen-Sad aboutira à la sécurisation régionale, au développement durable et à l’intégration régionale.
Thobias Gnansounou Rufino
(Br Ouémé-Plateau)