Spread the love

Issa SalifouDakpè Sossou dénonce la procédure utilisée par Issa Salifou et ses pairs pour former leur nouveau groupe. Alors que le député de la 15ème circonscription électorale reste introuvable depuis l’emballement médiatique suite à la saisine de faux médicaments à son domicile, sa signature apparaît sur le document du nouveau groupe parlementaire « La Voix du peuple ». Le député Dakpè Sossou a saisi Me Adrien Houngbédji d’un recours, dénonçant un vice dans la procédure  de reconstitution du groupe parlementaire « La voix du peuple », qui a vu le jour le 12 janvier 2018 à l’Assemblée nationale. Dans la correspondance  adressée au président du Parlement, il met en doute la signature du député Mohamed Atao Hinnouho. Car, fait-il remarquer, la déclaration de reconstitution du nouveau groupe, reconnaît, dans l’un de ses paragraphes, Mohamed Atao Hinnouho comme un « exilé politique ». Il dit ne pas croire que la déclaration soit signée par l’intéressé lui-même alors qu’il serait en  « exil ».Or, disparu de la scène politique nationale, ou en cavale selon d’autres observateurs,  Atao Hinnouho ne participe plus aux travaux du Parlement.  D’où les inquiétudes de  son collègue Dakpè Sossou. Accusé de vente illicite de médicaments et  activement recherché par la Police,  le député doit faire face à un procès actuellement en instruction. S’il est  « exilé », comment sa signature figurerait-elle sur le document ? C’est pourquoi le député de la  18ème circonscription demande une dissolution du groupe parlementaire que son collègue Issa Salifou Saley devrait diriger. Car, en l’absence de Atao Hinnouho, « La Voix du peuple » serait constitué de 8 membres, plutôt que des 9 exigés par le Règlement intérieur du Parlement. Le recours qui sera  affecté pour étude à la prochaine plénière est sur la table du président de l’Assemblée nationale. Les députés Jean-Marie Allagbé, René Bagoudou, Amadou Issifou, Justin Adjovi, Simplice Codjo Dossou, sans oublier Issa Salifou, Guy Mitokpè, Nourénou Atchadé et Mohamed Atao qui n’ont plus de groupe depuis que Ahmed Affo Obo Tidjani a rejoint le Bloc de la majorité parlementaire (Bmp), ont donc quelques soucis à se faire.

 J-P M