Spread the love
arch
Abdoulaye Bio Tchané remettant un mémorandum au Dc du Mdgat

Le ministre d’Etat, chargé du Plan et du développement, Abdoulaye Bio Tchané, et la ministre des Affaires sociales, Bintou Chabi Adam Taro, ont procédé au lancement de la phase d’identification et d’enrôlement des pauvres extrêmes et des pauvres non extrêmes. L’évènement s’est tenu le mardi 10 avril 2018 à l’ex-primature de Cotonou.

  C’est désormais officiel. Le projet Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch) démarre en septembre 2018. En effet, au terme des études complémentaires, de l’affinement du modèle, de l’élaboration du document d’opérationnalisation et de la mise en place du cadre réglementaire, le ministre d’Etat chargé du Plan et du développement, Abdoulaye Bio Tchané, et sa collègue des Affaires sociales, Bintou Chabi Adam Taro, ont lancé hier mardi 10 avril 2018, la phase d’identification et d’enrôlement des bénéficiaires. Cette opération de recensement qui s’étendra sur une période de 6 mois, cible les populations pauvres extrêmes et non extrêmes. Elle se fera non seulement sur la base des données fournies par l’Insae et le Psdcc, mais aussi dans les communautés conformément aux critères de sélection des pauvres définis par l’Insae. Selon le coordonnateur de l’Unité chargée de la mise en œuvre, Venant Quenum, l’Arch est un vaste projet de protection sociale que le gouvernement compte exécuter pour sortir les pauvres de leur situation de précarité. « Le programme est composé de 4 services dont l’assurance maladie, le crédit, la formation et l’assurance retraite aux plus démunis du Bénin », a-t-il déclaré. Dans son intervention, la ministre des Affaires sociales a indiqué que la phase d’identification permettra de recenser toutes les populations concernées par le projet afin d’établir un répertoire des bénéficiaires composé des pauvres extrêmes et non extrêmes. « Les résultats des opérations serviront à dresser le profil des bénéficiaires, à les catégoriser puis à établir une liste unique des bénéficiaires des programmes sociaux au Bénin », a-t-elle martelé. Le ministre d’Etat chargé du Plan et du développement, Abdoulaye Bio Tchané a, quant à lui, laissé entendre que le projet Arch est le plus grand outil de protection sociale au Bénin. A ses dires, le gouvernement est toujours fidèle à sa dynamique de soulager les peines quotidiennes endurées par les Béninois. Il a, par ailleurs, invité les institutions impliquées dans la mise en œuvre de l’Arch à respecter strictement les cahiers de charges afin que le processus aboutisse dans les délais prévus. Après la phase de recensement, il sera ensuite question de mettre la liste en liaison avec les informations fournies sur le fichier Ravip et enfin de lancer la phase pilote. Cette dernière débutera par le service « Assurance maladie ». Faut-il le rappeler, le projet « Arch » coûtera 313,327 milliards de FCfa sur une période de 5 ans. Il prendra totalement en charge 375 000 ménages pour les pauvres extrêmes, soit au total 2 468 254 bénéficiaires et 321 000 ménages, soit 1 800 000 bénéficiaires pour les pauvres non extrêmes exerçant dans l’agriculture, le commerce, le transport, l’artisanat et l’art.

 Mohamed Yasser Amoussa

(Stag)