Spread the love
atelierL’évaluation du système Licence-Master-Doctorat (Lmd) est au cœur d’un atelier qui s’est ouvert à Bohicon. Présidée par le ministre d’Etat Pascal Irénée Koupaki, la cérémonie de lancement des travaux au eu lieu, jeudi 15 septembre 2016  à Nifur  hôtel de Bohicon  en présence de la ministre  de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Marie-Odile Attanasso, des professeurs, chercheurs et autorités des universités publiques et privées du Bénin.
«L’introduction du système Lmd répond à un enjeu fondamental, celui de la relation entre le monde de la formation et le monde professionnel. Malheureusement, après six ans de sa mise en œuvre au Bénin, les fruits n’ont toujours pas tenu la promesse des fleurs», a souligné la Mesrs, Marie Odile Attanasso pour faire l’état des lieux du système éducatif très peu reluisant. Ainsi, les crises  dans nos universités, a-t-elle dit, sont dues aux interprétations diverses du système, aux incompréhensions. Le système Lmd pose également des problèmes de la session de rattrapage, de remédiation, d’enjambement, d’insuffisance et de financement. Autant d’embûches qui entravent la mise en œuvre efficiente du Lmd pouvant déboucher sur des résultats probants. Au regard donc de toutes ces insuffisances notoires, la Mesrs a estimé qu’il faillait s’arrêter pour faire le  bilan. Pour Marie-Odile Attanasso, la présente assise sur l’évaluation du système Lmd est venue à point nommé parce qu’elle rime parfaitement  avec l’impérieuse nécessité de prendre un Nouveau départ dans le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique dans notre pays.  Faisant l’historique du Lmd, le ministre d’Etat Pascal Irénée Koupaki a rappelé les raisons qui ont motivé l’organisation de la présente  rencontre et la responsabilité qui est celle des différents acteurs dans la mise en œuvre efficace du Lmd. A l’en croire, l’objectif principal de cet atelier est de réfléchir à  moderniser l’offre de formation universitaire en vue de faciliter la mobilité des jeunes et leur insertion professionnelle dans le monde du travail. Pendant quatre jours, les participants vont, à travers plusieurs communications, passer en revue les forces et faiblesses du système Lmd au Bénin en vue de faire des propositions idoines susceptibles de l’adapter  aux réalités béninoises. Ils auront également à identifier des solutions aux différends qui opposent le plus souvent les acteurs du système. Comptant sur la qualité des personnes conviées à cette réflexion, la Mesrs s’est dit, rassurée de la pertinence des recommandations qui seront issues de la rencontre. 
 
Zéphirin Toasségnitché
(Br Zou-Collines)