Spread the love

constitutionSuite aux folles spéculations nées de la transmission du projet de révision constitutionnelle au Parlement, le chef de l’Etat justifie une énième et ultime fois son choix.

Le poids des mots, la force des arguments. Rien de tel pour exprimer ses convictions. Hier encore, dans son adresse, qui a fait focus sur le projet de révision de la Constitution, le chef de l’Etat s’est évertué à lever les équivoques et quiproquos, savamment entretenus par les détracteurs dudit projet. Réitérant sa bonne foi, son souci d’œuvrer pour un mieux-être institutionnel, et un environnement politique plus efficient, gage de développement, le président Talon fait valoir ses déterminants. Si pour d’autres, « les promesses électorales n’engagent que ceux qui y croient », Patrice Talon observe que « L’éthique de la parole donnée, le respect des engagements pris devant le peuple, font partie intégrante des valeurs démocratiques et de la bonne gouvernance. ». Mieux encore, dit-il, « Respecter les engagements solennellement pris devant le peuple, c’est respecter le peuple ».

Visionnaire !

Voilà qui devrait sonner le clap de fin, aux interprétations laissant croire qu’il n’était pas fondé à entreprendre la révision qui fait couler tant d’encre et de salive, bien souvent à côté de la plaque. Car, soutient le président Patrice Talon, « faut-il se satisfaire de l’apparente stabilité du moment et renoncer à une consolidation durable de nos institutions et de notre Etat ? ». Et pour une meilleure adhérence à sa vision, le président de la République indique que « L’histoire du monde enseigne que les nations qui surmontent les défis du développement et de la modernité, sont celles dont les leaders recherchent constamment les solutions qui dépassent les conservatismes et les clivages habituels, qui se projettent dans le temps et créent de meilleures conditions d’existence pour les générations à venir. » Ce qui est une invite aux uns et aux autres à se transcender, à surmonter les vues basiques et perceptions artificielles. Et surtout à se projeter avec puissance en avant, un avenir prometteur dont les bases doivent  être consolidées dès à présent.

Légitimité du Parlement

Légaliste, il réitère sa foi au rôle déterminant qui échoit au Parlement, qu’il conforte dans son rôle et ses attributions : « Ainsi, de même que mon rôle fut d’opérer des choix, de même le sien sera d’apprécier ces choix, de répondre aux questions que chacun d’entre nous est fondé à se poser : les modifications proposées renforcent-elles la démocratie ? Préservent-elles nos libertés ? Permettent-elles une meilleure reddition de comptes ? Organisent-elles mieux la vie politique? Favorisent-elles le développement économique et social ainsi que l’épanouissement individuel et collectif ? ». La balle est dans le camp des députés, rassure Patrice Talon, car rappelle-t-il « Chaque fois que la réponse à l’une de ces questions sera négative, pour l’une quelconque des propositions de modification, celle-ci pourra être rejetée. »

Après une intervention aussi édifiante, à plus d’un titre, chacun saura y trouver du sien. Qui des Béninois en quête d’un meilleur éclairage venant du porteur du projet de révisons constitutionnelle qu’est le chef de l’Etat. Qui des contradicteurs du projet de réformes, dépourvus à maints égards de leurs arguments favoris.

Paul A. Nathan

(Coll)