Spread the love

cnsr2Le but de la hausse du coût de la visite technique est de rendre moderne le service pour répondre efficacement aux exigences des véhicules d’aujourd’hui. C’est qu’Antoine Avocètien, Secrétaire Général des travailleurs du Centre National de Sécurité Routière (Cnsr), a expliqué face aux plaintes des usagers mécontents des nouvelles réformes du Cnsr. (lire ci-dessous l’extrait de sa déclaration)

« Ces prix sont fixés depuis vingt ans. Nous ne faisons pas du commerce. Nous sommes un établissement à caractère social. Nous sommes 150 agents pour une population de 10 millions d’habitants. C’est du travail. Au-delà de cela, c’est aussi de l’investissement du matériel. Il faut du matériel pour pouvoir être à la hauteur des véhicules que les concessionnaires nous envoient aujourd’hui. Il est normal que si nous voulons nous équiper il faut les moyens. C’est un centre où nous ne bénéficions plus des subventions de l’Etat. Donc la prestation doit être à la hauteur de ce que les usagers doivent payer ».

Inès Zounnon