Spread the love
Abake-Assongba
Abakè Assongba sort des femmes de la précarité

La dépendance des femmes sur le plan économique devient de jour en jour, une priorité pour certaines fondations qui ne ménagent aucun effort pour les aider à travers les microcrédits. C’est le cas de la fondation Abakè qui s’emploie activement à offrir de meilleures conditions de vie aux femmes.

Trois cent (300) ! C’est le nombre total de femmes démunies qui ont bénéficié des microcrédits sans intérêts octroyés par Abakè Assongba de Rosa à travers sa fondation Abakè. D’un coût total de 11 millions de FCfa, ces prêts permettent à la gent féminine de créer des activités génératrices de revenus, qui participent au développement économique des régions pauvres. En effet, cette volonté d’Abakè Assongba de Rosa d’aider les femmes s’explique par le fait qu’elles ont des projets, mais le capital de départ manque quasiment toujours à l’appel. Les microcrédits sans intérêt accordés aux femmes ont pour objectif de stimuler l’entrepreneuriat. Ainsi, les femmes arrivent à subvenir  aux besoins de leurs familles entières. Pour être bénéficiaire, la postulante soumet son projet au comité des femmes du quartier. Ce comité est composé de 4 femmes de confiance qui sont respectées dans le village. Celles-ci étudient les projets, statuent en fonction de leur faisabilité, définissent avec la candidate au microcrédit les modalités de remboursement et gèrent les sorties et les entrées d’argent pour l’ensemble des microcrédits accordés. Il faut dire que grâce à ces microcrédits, de nombreuses femmes ont déjà développé des activités très variées telles que l’élevage de moutons pour la laine, l’agriculture, l’artisanat et le commerce. En dehors des microcrédits, la fondation Abakè met en place d’autres actions. Le 09 août 2010, il a été procédé à un don de vivres, de moustiquaires imprégnées et un trousseau pour bébé avec une enveloppe financière à une famille démunie à Cadjèhoun d’un coût total de 328 000 FCfa. C’est aussi le cas le 31 décembre 2011 avec le don de vivres à 200 femmes démunies dans la Commune d’Abomey-Calavi d’un coût global de 702 000 FCfa.

AT