Spread the love

IMG-20171203-WA0154Lomé, la capitale du Togo, a abrité vendredi dernier une réunion du Comité des Ministres du Gazoduc de l’Afrique de l’Ouest. En marge des travaux, le ministre en charge de l’Energie du Bénin est porté à la présidence de l’AGAO.

Pour un mandat d’une année, Dona Jean-Claude Houssou, ministre béninois de l’Energie, va conduire les destinées de l’Autorité du Gazoduc de l’Afrique de l’Ouest (AGAO). En remplacement du Ghanéen Boakye Agyarko, il a été porté à la tête de cette institution par ses pairs ce vendredi 1er décembre 2017 à l’occasion de la réunion du Comité des Ministres tenue à Lomé au Togo.
Il s’agit en fait de la revue à mi-parcours des décisions prises lors des 14e et 15e assises du Comité des ministres du gazoduc ouest-africain. Et grâce au leadership éclairé du chef de l’Etat béninois, le président Patrice Talon, Dona Jean-Claude Houssou a eu l’entière confiance de ses pairs de la sous-région ouest-africaine qui ont certainement vu en lui un bon manager capable d’œuvrer à l’atteinte des objectifs fixés.
En tout cas, des déclarations du ministre Dona Jean-Claude Houssou, on peut retenir que ses priorités sont de plusieurs ordres. Notamment la disponibilité du produit que constitue le gaz naturel pour le bonheur des populations concernées et surtout en tenant compte de l’environnement, l’assainissement de la situation financière de l’Autorité du Gazoduc, la préparation de l’avenir de l’organisation qui doit rayonner au-delà des quatre pays pionniers et impacter les autres pays de la Cedeao à travers sa prérogative sous régionale.
En d’autres termes, il s’agit de la volonté d’amorcer la restructuration du secteur qui a besoin d’un coup de pousse collectif. Et ce n’est pas le Commissaire Energie et Mines de la Cedeao qui dira le contraire. Pour Morlaye Bangoura, le gazoduc qui va du Nigéria au Ghana en passant par le Bénin et le Togo se porte très bien. Et à chaque rencontre, des décisions importantes sont prises pour améliorer son fonctionnement. A l’entendre, des engagements sont pris pour le remboursement des dettes au plus tard à la fin de l’année 2018. Ce qui permettra à l’AGAO d’avoir les moyens suffisants pour asseoir sa véritable politique qui est d’aller au-delà des quatre pays concernés pour le moment. C’est aussi pour lui une manifestation tangible de l’intégration économique des pays de l’Afrique de l’Ouest. Il a même annoncé une coopération avec le Maroc qui voudra bénéficier du gaz produit dans la sous-région Ouest Africaine. Ce qui signifie qu’il y aura plus de revenus capables d’impulser le développement de nos pays.
C’est donc sur une note de satisfaction générale et de défis renouvelés que les participants à cette réunion importante pour le développement du gazoduc en Afrique de l(Ouest se sont séparés. Le ministre béninois de l’Energie qui a désormais la charge de porter les réformes indispensables est bien conscient des nouvelles responsabilités qui sont les siennes. Par conséquent, il a invité chacun de ses pairs à jouer sa partition afin que les objectifs fixés soient atteints à échéance échue. Et avec le leadership éclairé du Chef de l’Etat, nuldoute désormais de la réussite du mandat de Ministre de l’Énergie.