Spread the love
AJAVON-SEBAST
La garde à vue de Sébastien Ajavon déchaîne les passions

L’arrestation du magnat de la volaille continue de faire des vagues. Sébastien Ajavon dont le destin politique est en jeu,  risque, à l’issue de l’épique bataille qui se déroule actuellement,  de tout perdre ou d’être plus populaire que jamais. C’est à quitte ou double.

L’affaire Ajavon  a tôt fait de  diviser le pays. D’ailleurs,  quoiqu’en soit l’issue, la réputation  de l’homme d’affaires de Djèffa peut être sérieusement entachée. Il y a les fanatiques du magnat de la volaille qui exigent une libération sans condition. Même au mépris  des règles de droit les plus élémentaires.  Ils ne voient en la personne de Sébastien Ajavon  que le mécène et le notable, mais pas le justiciable ordinaire. Or, tout le monde est égal devant la loi. Surtout dans le contexte de la démocratie et de l’Etat de droit, la loi s’impose à tous.  Mais, obnubilés par les intérêts partisans, les soutiens inconditionnels de Sébastien Ajavon mettent en exergue les qualités humaines de celui qui est arrivé 3ème à  la dernière présidentielle. Pour eux, ses qualités  suffisent pour le laver de tout soupçon. Son honorabilité est donc au-dessus de la loi. En clair, ils estiment qu’il ne peut pas être coupable, même pris la main dans le sac.  Malgré  l’acharnement de ces fanatiques et sympathisants du patron des patrons béninois à ce qu’il soit libéré sans condition, on peut opposer le raisonnement des gens d’en face, qui considèrent que dans un dossier aussi sulfureux, force doit rester à la loi, sinon,  tout au moins appliquée dans toute sa rigueur, sans acception de la position sociale du mis en cause. C’est ici que le dossier « Ajavon » se complique, et devient un méli-mélo, et un véritable imbroglio politique.  Les uns y mêlent émotions et passions, tandis que d’autres en appellent à la raison.

La réalité politique

Loin des arguties et arguments juridiques évoqués par chaque partie autour du dossier, il y a les arcanes et réalités de la politique politicienne. Ce qui se joue sous nos yeux peut être considéré comme un jeu de rapport de forces. Parce que s’il advenait à être coffré, et son innocence réfutée, la trajectoire politique de celui qui est communément appelé « Asg » serait profondément modifiée. Car, s’il a,  par un passé récent, plusieurs  fois refusé d’entrer en politique,  Sébastien Ajavon  semble y avoir  déjà sérieusement pris goût.  Pour avoir de peu échoué au perron de la Marina, les ambitions de l’homme d’affaires s’en sont peut-être décuplées. Il va falloir faire avec. Mais, Patrice Talon, qui gère le pays depuis sept mois, peut se considérer comme seul maître à bord. D’autan  qu’il a à juguler  la kyrielle d’ambitions politiques qui s’entrechoquent  dans son entourage. Alors qu’il n’a que cinq années à faire au pouvoir, pourquoi voudrait-il prendre le risque d’une impopularité précoce, en donnant l’impression de vouloir envoyer son récent allié en prison ? Tout calcul fait, cela ne lui profiterait guère. Il faudra donc chercher un autre bouc-émissaire. Mis l’un dans l’autre, tout ceci amène beaucoup d’observateurs à conclure que la coalition de la rupture qui a amené au pouvoir Patrice  Talon est désormais  confrontée à  sa première  véritable épreuve.

W.N