Spread the love

confidenceLa vie l’a façonné. Et il a décidé de mettre sur l’étalage public les événements qui l’ont marqué. Le Père Armel Fakèyè, à travers « Confidences d’un prêtre », livre ses secrets aux amoureux de la poésie. Le lancement de l’ouvrage a eu lieu, dimanche 03 juin 2018 au collège catholique Père Aupiais.

C’est inédit ! Un homme de Dieu qui expose au public ce qu’il a été, ses ressentiments et les événements qui ont marqué son existence est rare en Afrique. Pourtant, c’est ce qu’a fait le Père Armel Fakèyè par l’entremise de son recueil de poèmes « Confidences d’un prêtre ». L’œuvre qui plaît par sa structuration interne, son format et la qualité du papier utilisée est le fruit de l’engagement de l’auteur à partager avec les autres ce qu’il a de précieux : ses secrets. Cet acte posé a séduit son ancien professeur Jean Fandé qui a salué sa grandeur d’esprit. « Aussi grand que puisse être un prêtre, c’est avant tout un homme », a-t-il souligné. Présentant l’œuvre, il a confié toute son admiration pour le travail abattu par son ancien élève qui, a-t-il indiqué, l’a aussi immortalisé à travers l’écriture. A l’en croire, l’auteur s’est donné une liberté de création avec un vers libre, qui  n’a pas besoin de rime, d’assonance, d’altération, mais qui  s’accroche aux images. Par la même occasion, il l’a félicité pour l’originalité du titre. « Le titre a une valeur marchande. C’est attrayant. Ça captive l’attention. On a envie de découvrir ce qu’il y a dedans. C’est un piège communicationnel  », a-t-il déclaré. À son avis, le noir dominant de la page de couverture témoigne de ce que chacun a un côté sombre en lui qu’il tient à garder. Prenant la parole, le Père Armel  Fakèyè a fait savoir que son histoire a commencé dans les locaux qui arbitrent le lancement de son ouvrage intitulé ‘’Confidences d’un Prêtre’’. « Tout à l’heure, Monsieur Fandé,  mon professeur que je remercie,  disait que tout est symbole. Selon moi également,  tout est véritablement symbole. Le lieu dans lequel nous sommes n’est pas un lieu que nous avons choisi au hasard. Ma rencontre avec la poésie a commencé ici.  C’était en 2001 où  Monsieur Fandé avait mis au tableau une poésie. Nous l’avons interrogé en ces termes : comment se fait-il que vous arrivez à agencer les mots de manière aussi agréable, de manière aussi attrayante ?», a-t-il raconté.  Il confie ensuite que cette curiosité n’a pas laissé indifférent son professeur. « Il nous dira,  vous pouvez tous le faire. Commencez par imaginer un thème», révèle Le Père Armel Fakèyè. Dans ses confidences, il explique que des volontaires sont venus au tableau présenter leurs  esquisses. A ces essais, il a indiqué que leur Professeur a su booster le moral de ses élèves, en particulier lui. « A lui de dire quand j’avais fini d’écrire le mien,  voilà comment naissent les écrivains, voilà comment naissent les grands poètes », a-t-il rapporté. Puis de révéler que ces propos ont sonné comme une révélation qu’il peut  réussir dans la poésie. « Alors,  j’ai saisi cette phrase,  parce que, pour ma part, c’était devenu une révélation, un rêve qui devrait s’accomplir dans le temps », a-t-il avoué avant d’ajouter : «  Et nous sommes là pour célébrer ce rêve ».

 Joël Samson Bossou