Spread the love

embouteillage calaviCalavi – Cotonou aux heures de pointe est un supplice. Précisément sur le tronçon Uac – Vèdoko, d’interminables queues de véhicules mettent à rude épreuve la patience des usagers.

Sacrifice et patience sont les prédispositions requises pour rejoindre ou quitter Cotonou ou Abomey-Calavi aux heures de pointe. L’embouteillage sur l’axe Uac – Vèdoko, est un calvaire. Les matins de 6h30 à 8h30 et les soirs à partir de 17h30 à 19h30, la circulation sur ce tronçon est un véritable parcours de combattant. Véhicules de tout genre sont souvent coincés dans des bouchons. Des vrombissements de moteurs au klaxon qui exprime l’impatience des conducteurs, c’est un cocktail de pollution sonore et atmosphérique. Sur ces engins ou à bord des voitures, les usagers brûlent d’impatience dans  un stress qui éprouve au quotidien les nerfs. « Des feux tricolores en panne, des stationnements anarchiques, des pistes cyclables contigües … C’est vraiment compliquer pour nous de circuler, peu importe qu’on soit à moto ou en voiture. On perd non seulement du temps, mais aussi de l’essence »,  s’insurge Melaine Ayadokoun.  A côté de cela, « l’incivisme et l’indiscipline ont aussi leur droit de cité  et les maîtres de la route dictent leur loi », a confié Franck Akodé,  un motocycliste. Ces fréquents embouteillages ont des causes récentes. « Aujourd’hui, Abomey-Calavi est la citée dortoir de la métropole. La plupart de ceux qui travaillent à Cotonou résident à Abomey-Calavi…», fait savoir Dame Kébine Gandji.

Que faire ?

Selon Alain Tokoudagba, l’embouteillage coince beaucoup d’usagers et cause de nombreux problèmes, notamment des retards au travail et au rendez-vous, des accidents de circulation. Ce qui est certain, la situation n’arrange personne. Même si les forces de l’ordre font de leur possible pour rendre fluide la circulation, le mal persiste. Que faire alors ? Les populations espèrent l’aide du gouvernement pour pallier cette situation. « Vraiment, le gouvernement doit revoir les choses. Ouvrir  d’autres voies et promouvoir les moyens de transport en commun », recommande George, taximan. Bien à propos, la fin du calvaire pointe à l’horizon avec les projets annoncés par le gouvernement du président Patrice Talon. Le contournement d’Abomey-Calavi est à l’étape d’un projet.

Carine Assogba (Stag)