Spread the love
BAC-2015-ABIOLA
Le ministre Abiola au cours du lancement officiel

Les épreuves écrites du baccalauréat session de juin 2015 ont démarré tôt dans la matinée d’hier mercredi 17 juin 2015. On note dans l’ensemble une forte participation des candidats. Toutefois, dans les départements du Mono et du Couffo, on enregistre un exclu et beaucoup d’absents. Idem dans le Borgou-Alibori où on dénombre des centaines d’absents.

 Atlantique-Littoral : le Bac lancé à Kpomassè

Le lancement officiel de l’examen du baccalauréat a eu lieu au Ceg Tokpa-Domè dans la commune de Kpomasè par le ministre d’Etat chargé de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (Mesrs) François A. Abiola. Dans les départements de l’Atlantique et du Littoral, l’examen s’est déroulé sans incident majeur. Au Collège d’enseignement général Kouhounou/Vedoko par exemple, ils sont 117 absents enregistrés sur les 1200 candidats ayant effectivement composé dans ce centre d’examen. Au-delà de ce fort taux d’absence, aucun incident majeur n’a été enregistré. « J’ai procédé à l’appel des surveillants qui sont actuellement dans les salles de composition. Pour cette première journée, on ne note aucune irrégularité » a rassuré Brice Dahoui, chef centre. A l’en croire, l’examen a débuté sans anicroches au Ceg Kouhounou/Vedoko pour cette première journée. Composent effectivement 667 garçons et 416 filles dans les séries A1 et A2, répartis dans les salles de composition. Au Collège catholique Père Aupiais, ils sont 844 candidats de la série C (218 filles) à composer. Selon l’aumônier Thierry Gomez, Chef centre, aucun incident n’a été enregistré en cette première journée de composition. On dénombre 29 absents dans ce centre de composition. Le chef centre a rassuré que tout a été mis en œuvre pour que les candidats composent dans de bonnes condition. C’est un examen qui dure trois jours et prend fin le vendredi 19 juin 2015. Ils sont au total 549 candidats dont, 310 garçons et 239 filles à subir depuis hier lundi 17 juin 2015 les épreuves écrites de l’examen du baccalauréat 2015 au Ceg Océan. Aux dires de la chef centre de l’établissement, Suzanne Bachabi, tout s’est passé dans de bonnes conditions. Elle a été renchéri epar le superviseur dudit centre Vincent Orekan, qui a conclu qu’aucun incident n’a été enregistré. Idem au Ceg Le littoral. Pour le Chef centre Radji Aliou, tout s’est bien déroulé. « On était là depuis hier pour vérifier les préparatifs du centre, car il faut féliciter l’office de la direction des examens et concours pour son effort dans le bon déroulement de cet examen. » a déclare Radji Aliou. Ce centre compte 26 salles qui accueillent chacun 30 candidats. Ils sont 4 absents sur les 780 candidats. « Ces absences sont au niveau des candidats garçons dont parmi eux un candidat libre » a ajouté Saliou Aliou, le superviseur du centre du Ceg le littoral. Dans ce centre, deux cas de malades ont été enregistrés qui ont été prise en charge par l’infirmerie du centre.

 Zou-Collines : Démarrage sous un ciel clément

Les candidats au baccalauréat, session unique de juin 2015, ont affronté les épreuves écrites le mercredi 17 juin 2015. Dans les départements du Zou et des Collines, c’est le tout nouveau centre d’Agbangnizoun qui a été choisi par le préfet des deux départements pour abriter le lancement officiel. Tôt ce matin, aux environs de 8heures, candidats et surveillants de salle étaient présents et attendaient le démarrage desdites épreuves. Quelques minutes après, l’autorité préfectorale à la tête d’une forte délégation a fait son apparition dans le centre. Après le secrétariat où il s’est informé des dispositions prises pour le bon déroulement de l’examen, il est allé à la rencontre des candidats pour une mise en condition. A 8heures 30minutes, la sirène a retenti et a donné le top aux 400 candidats qui composent dans les séries A et D dans ce centre. Après avoir lancé les toutes premières épreuves de la journée, l’autorité préfectorale a rappelé aux parents leurs devoirs vis-à-vis de leurs enfants candidats. Selon Armand Maurice Nouatin, les parents doivent éviter de troubler les enfants après chaque épreuve. Ils doivent veiller à ce qu’ils se couchent tôt et mettre à leur disposition des imperméables qui leur permettront de se protéger en cas de pluie. Il a également demandé aux candidats d’éviter la tricherie qui est une mauvaise pratique qui peut leur être préjudiciable lorsqu’ils seront surpris par les surveillants de salle. Le Directeur départemental en charge de l’enseignement secondaire a, quant à lui, expliqué les raisons qui justifient la création de ce centre. Pour Martin Agnidé Idohou, le centre d’Agbangnizoun est créé dans l’optique de désengorger le Ceg2/Abomey devenu exigu pour contenir tous les candidats. Léopold Hounakoun, le maire d’Agbangnizoun s’en réjoui et a souligné l’avantage pour les candidats d’être plus proche de leur centre d’examen. A l’en croire, le rapprochement du centre des candidats augmente leurs chances de réussite. Présent sur les lieux pour doper le moral des candidats, l’honorable Adolphe Djiman, l’élu de la localité, a aussi manifesté sa joie par rapport à la création de ce nouveau centre. Un tour dans les autres centres a permis de constater que tout se déroule sans anicroches.

 Ouémé-Plateau : les épreuves lancées au Ceg Tchaada

C’est le Collège d’enseignement général de Tchaada dans les départements de l’Ouémé et du Plateau qui a accueilli le lancement des épreuves du baccalauréat de cette année. Pour la circonstance, c’est le Secrétaire général du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Daton Médénou qui a procédé au lancement des épreuves. Devant les candidats de la série D dans la salle A11, ce dernier a déballé les enveloppes qui contenaient les épreuves avant de les lancer officiellement. Il a ensuite visité plusieurs salles pour prodiguer des conseils aux candidats. Selon lui, toutes les dispositions sont prises pour que l’équipe qu’il dirige, passe dans toutes les communes des départements pour se rendre compte de l’effectivité du démarrage des épreuves. Le superviseur du centre de Tchaada Jean-Bosco Vodounou n’a pas manqué lui aussi de rassurer les candidats pour le bon déroulement de l’examen.

Mono-Couffo : 1 candidat exclu à Aplahoué

Dans les départements du Mono et du Couffo, la session écrite de l’examen du Baccalauréat s’est déroulée sans incident. Très tôt dans la matinée de ce lundi, tous les 12.786 postulants au premier diplôme universitaire se sont dirigés vers leurs centres d’examen respectifs. Dans le département du Mono, aucun incident majeur n’a été signalé. C’est seulement les cas d’abandons qui ont été enregistrés dans le rang des candidats. En effet, en dehors des 22 cas d’abandons enregistrés au Centre d’examen du Ceg 1 de Lokossa, 8 au Ceg 3 et 26 au collège catholique de la Commune, tout s’est bien passé selon les chefs de ces centres d’examen. « Dans mon centre, sur les 404 candidats inscrits, seuls 396 ont composé. Au nombre de ces derniers, il y a 286 garçons et 117 filles. 8 n’ont pu se présenter dans leur salle d’examen », a précisé le chef centre du Ceg 3, Yvette Gisèle Rafiatou. Selon le superviseur des centres de composition de Lokossa, Idjaton Laimi, toutes les épreuves écrites se sont bien déroulées. A en croire le chef centre de Ceg 1, Michel Sonou Zannou, c’est son centre qui a enregistré plus grand nombre de candidats à Lokossa, car 1478 candidats y ont composé. Même son de cloche chez les chefs centre des Communes de Comè et de Grand-Popo où les candidats ont composé en toute sérénité. Dans le département du Couffo, précisément à Aplahoué, par contre, un cas grave a été décelé. Un candidat a été exclu de son centre d’examen. Nommé Samuel Ballo, il a été renvoyé pour défaut de carte d’identité selon le chef de son centre d’examen. A part ce cas auquel se sont ajoutés 63 cas d’abandons, les examinateurs des centres d’examen des localités de ce département se sont félicité du bon déroulement de la composition des épreuves de ce lundi matin. Ils ont unanimement souhaité que rien de grave ne vienne perturber le reste des jours de composition.

CANDIDATE-BAC-2015
Une candidate montrant une enveloppe d’épreuves

 Borgou/Alibori : des centaines d’absents

Le Lycée Mathieu Bouké de Parakou a servi de cadre, mercredi 17 juin 2015, au lancement officiel du baccalauréat 2015 pour le compte des départements du Borgou et de l’Alibori. 15.841 candidats affrontent les épreuves pour l’obtention du 1er diplôme universitaire. Dans la ville de Parakou, 9.331 candidats défient le Bac dans 10 centres de composition. Comme dans toutes les Communes du Bénin, le baccalauréat, session de Juin 2015, a été officiellement lancé dans les départements du Borgou et de l’Alibori. Au total, 15.841 candidats sont inscrits et composent pour l’obtention du parchemin qui ouvre les portes de l’université. C’est le Lycée Mathieu Bouké de Parakou qui a été retenu pour le lancement officiel de l’examen où composent 1042 candidats. Sous la conduite du superviseur du Bac 2015 pour les deux départements, le professeur Albert Nouhouahy, accompagnés des autorités politico-administratives et du recteur de l’université, les premières épreuves ont été lancées. « Il faut éviter la tricherie et se faire confiance pour décrocher le diplôme », a conseillé le superviseur. La préfète Salamatou Kora Ponou a invité les candidats à travailler afin de relever un défi, celui de réussir massivement pour sortir le Borgou et l’Alibori des résultats catastrophiques enregistrés au baccalauréat 2014. Le recteur de l’université de Parakou, Prosper Gandaho, a annoncé qu’il attend accueillir beaucoup d’étudiants pour la rentrée prochaine, mais cela passe d’abord par la réussite. Avant le lancement des épreuves, l’étape cruciale a été la rencontre d’échanges des autorités académiques et politico-administratives avec les surveillants de salle. Le rappel des règles en vigueur en matière de surveillance et des recommandations ont été faites à ceux-ci. Il s’agit, entre autres, de laisser les candidats rendre eux-mêmes, ce qui leur a été enseigné pendant l’année scolaire. Toutes choses qui augurent un lendemain meilleur pour le bac béninois. Tout a bien démarré dans le Borgou et l’Alibori mais le hic, c’est que des centaines d’absences sont signalées

 Atacora-Donga : 8162 candidats inscrits

L’examen du baccalauréat session de juin 2015 a effectivement démarré hier mercredi 17 juin dans les différents centres retenus des départements de l’Atacora et de la Donga. Les candidats inscrits pour le compte des deux départements sont au nombre de 8 162 pour toutes les séries. Ils sont repartis dans 12 centres d’examen dont 8 dans l’Atacora pour 4 833 inscrits et 4 autres centres dans la Donga où l’effectif des candidats est 3 329. Ils sont 88 inscrits pour la série A1 ; 3467 en A2 ; 555 pour la B ; 182 en série C et 3 562 pour le compte de la série D. 50 candidats sont inscrits pour la série F4, 41 pour la G1, 189 en G2 et 28 candidats en G3. Le lancement officiel des épreuves écrites de cet examen du baccalauréat s’est effectué hier à 8 heures par une forte délégation des autorités départementales et locales de Natitingou au centre du Lycée de jeunes filles de la localité. Ce centre d’examen du lycée de jeunes filles de Natitingou compte 480 candidats inscrits dont 385 garçons et 95 filles. Mme Karimatou Assouma qui assume la responsabilité dudit centre a confié que les candidats officiels sont 394 et les candidats libres font 86. Dans l’ensemble des centres de composition que comptent ces deux départements, aucun incident majeur n’a été encore enregistré. Mais quelques cas d’absence ont été notés au démarrage de la composition de la première épreuve écrite.