Spread the love

mahougon kakpoMarie Odile Atanasso, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, accompagnée de son collègue de l’Enseignement secondaire, Mahougnon Kakpo,  a procédé  lundi 16 juillet 2018 au lancement officiel de la phase écrite de l’examen du Baccalauréat (Bac 2018). C’était au Collège d’enseignement général de Tori Agouako dans la commune de Bossito. Dans ce centre nouvellement créé, ils sont au total 392 candidats à composer.

Il est 7 heures. Nous sommes  au Ceg Tori Agouako. Une fine ondée arrose ce nouveau centre d’examen ouvert pour le Bac. La sirène donne le top des compositions. Dans les salles, les candidats, sont mis en condition. Ils sont déjà en place. Ils attendent les premières épreuves. La délégation conduite par les ministres Marie Odile Attanasso, et Mahougnon Kakpo, fait son entrée dans le centre. Un calme plat y règne. Les premiers surveillants sont déjè en salle. L’équipe gouvernementale et sa suite entrent dans une salle de composition pour lancer officiellement les épreuves. L’enveloppe contenant la première épreuve est  emballée. Elle est prise, contrôlée, tournée dans tous les sens par la patronne du portefeuille de l’Enseignement supérieur. Elle la montre aux candidats. Paf !  Elle est ouverte par les émissaires du gouvernement. Il s’agit de l’épreuve de la composition française. Avant le top, Marie Odile Attanasso et son collègue Mahougnon Kakpo, donnent des conseils aux candidats. « Toutes les dispositions sont prises pour que les apprenants puissent bien affronter les épreuves bien que l’année scolaire en cours a été secouée par des mouvements de grèves », a ensuite déclaré  le Ministre Mahougnon Kakpo. Selon Adolphe Kounou, Chef centre, tout a bien démarré au Ceg Tori Agouakou. Il est à noter qu’après l’épreuve de français dans la matinée, dans l’après-midi, c’est à l’épreuve de Mathématiques et de Science de la vie et de la terre (Svt), que les candidats seront soumis. 392 candidats des séries A1, A2, B et D planchent, répartis dans 12 salles de composition. Au plan national, ils sont au total cent six mille quatre cent quatre-vingt-dix-neuf (106.499) candidats à composer depuis hier, lundi 16 juillet, les épreuves écrites du Baccalauréat entrant dans le cadre de l’obtention du premier diplôme universitaire.

Léonce Adjévi