Spread the love
kassa-barthemy
Barthélémy Kassa n’a plus le soutien de Yayi

 En affirmant sur la radio du monde Rfi, que si la responsabilité de l’ex ministre Barthélémy Kassa était établie dans l’affaire de détournement de 3 milliards de francs Fcfa, le chef de l’Etat, Yayi Boni n’a pas ménagé son ancien collaborateur. Yayi Boni a même soutenu qu’au cas où l’hypothèse serait vérifiée, à la suite des résultats de l’Audit international en cours, l’immunité parlementaire de Barthélémy Kassa serait levée. Ces balivernes sont caractéristiques d’une personne masochiste. Les déclarations à l’emporte-pièce et sans commune mesure, sont indignes d’un chef d’Etat. La conséquence logique de telles inepties, c’est que l’ex ministre en charge de l’énergie et de l’eau, Kassa pourrait faire la prison dans cette affaire de détournement de fonds hollandais. Or, ce que le président Yayi Boni semble ignorer, c’est que Barthélémy Kassa n’ira pas seul en prison. C’est toute l’équipe gouvernementale qui est responsable de cette sulfureuse affaire. Le président Yayi Boni, contrairement à ses affirmations selon lesquelles, il ne connaît pas l’existence d’un tel projet financé par les Pays-Bas, est au cœur de tous les projets de développement qui se trouvent au niveau des ministères. Il en résulte que si Barthélémy Kassa doit aller en prison, son patron Yayi Boni le suivra. Car, c’est bien le chef de l’Etat qui travaille à la place de ses ministres. Il a procédé à l’ouverture de plusieurs robinets dans le pays pour donner de l’eau aux populations. Yayi a procédé au branchement de lampadaire au réseau électrique de la Sbee. Il a certainement oublié. Yayi ne s’est, certainement pas rendu compte de la gravité de ses propos sur la chaîne française. L’effet d’entraînement sera à coup sûr imparable. Si les enquêtes révélaient que la responsabilité de Barthélémy Kassa est totalement établie, celle de Yayi Boni le serait ici. Alors, l’aiguille tirée par le fil, tirera à son tour le tissu, comme le dit un proverbe en langue Fon. C’est une affaire de collégialité.

 J-C. K.