Spread the love

fete-du-travailLe monde entier célèbre ce mardi 1er mai 2018 la fête du travail. Au Bénin, c’est une journée commémorée en général par les travailleurs de l’Administration publique. Elle est également célébrée au plus bas niveau de l’échelle, puisque les ouvriers et les artisans constituent un maillon de la chaine. C’est le cas de dame Gandjo, vendeuse d’Atassi au quartier Dandji. Pour elle, le 1er mai c’est simplement la fête de tous les travailleurs et elle entend  la célébrer à sa manière. Guy Agossou lui, est conducteur de taxi moto. Rencontré à l’un des carrefours de la ville de Cotonou,  il a une conception bien particulière de cette fête. «  C’est la bonne santé du travail que je suis, qui est célébrée ce jour selon moi. Chez nous les conducteurs de taxi moto, nous aimons célébrer cette fête ensemble dans la joie » a-t-il précisé. Le coté festif de cet évènement est aussi mis en exergue par ces artisans rencontrés dans la ville de Cotonou. « Le 1er mai, c’est une fête et quand on dit fête, c’est la réjouissance. On se rassemble ensemble pour se réjouir.  Nous sommes dans le domaine du travail, lorsque vous travaillez pendant douze mois, il est normal qu’on se retrouve un jour pour se réjouir ensemble » ont-ils fait savoir.  Et pour ce mardi 1er, les cérémonies seront aussi aux rendez-vous, malgré la conjoncture économique. Certains n’excluent pas des creusets de réflexion. « On se retrouve en tant qu’artisans et on pense au développement de notre corporation. Après ça, on passe aux festivités, on boit, on danse » a déclaré un apprenti mécanicien, qui a requis l’anonymat. Il a été renchéri par un de ses collègues. « Le jour de la fête, on se rassemble pour fêter et après on peut sortir des idées, comment évoluer dans notre domaine ». Pendant cette journée fériée, chômée et payée certains travailleurs festoieront ou observeront une pause. Mais d’autres seront sur leurs lieux de travail pour diverses raisons.

Léonce Adjévi