Spread the love

justiceLe 24ème dossier de la cour d’assises de la cour d’appel de Cotonou traite d’une affaire de viol. Hier lundi 24 août, l’accusé Bernard Dohou en détention préventive depuis Avril 2002 a été condamné a 5 ans de travaux forcés pour viol sur mineur.

Les faits remontent au lundi 22 Avril 2002. L’accusé Bernard Dohou et son ami JoÏ kouwatchénou vivaient dans le même quartier à Avrankou. Profitant de ce lien, Bernard a gagné la confiance de la fille de JoÏ. Une mineure de 13 ans avec qui il entretenait des rapports sexuels. JoÏ informé de cette relation qui existe entre sa fille et son ami Bernard, n’a cessé de mettre en garde ce dernier contre cette pratique immorale. Ce lundi-là, Bernard, a attendu la sortie de son ami de la maison pour faire appel à la petite en lui promettant du gari. Les deux étaient en pleine relation sexuelle quand, JoÏ, averti, les a surpris. Sous la pression des voisins alertés, Bernard a été conduit à la brigade de gendarmerie d’Avrankou. Le certificat médical a fait état d’un écoulement muco-purulent à la vulve et d’une rougeur vive de la muqueuse vaginale de la petite. L’enquête de moralité est favorable à l’accusé et l’examen médico-psychologique et psychiatrique à indiqué qu’au moment des faits, il ne présentait aucun trouble mental grave. A l’issue des débats à huis clos en raison de la sensibilité de l’affaire, la cour présidée par Maitre Eliane Bada-Padonou a décidé que Bernard Dohou est coupable des faits. Elle l’a condamné à cinq ans de travaux forcés alors que le ministère public représenté par Maitre Thomas Dassi en a requis huit.