Spread the love

justiceLe 13ème dossier inscrit au rôle des assises de Parakou hier mercredi 15 Juillet 2015 concerne un évadé qui a donné la mort à sa femme. L’accusé qui s’est évadé, depuis quelques années, de la prison a été condamné à 20 ans de réclusion criminelle. Mais, l’avocat de la défense a été privé de plaidoirie.

La particularité de ce 13ème dossier a été l’absence du principal accusé qui s’est évadé de la prison après y avoir passé une dizaine d’années. Les faits remontent au 30 Novembre 1996 à Koutouricondiga dans la Commune de Matéri. Le sieur N’Serma Bassoudé Kombiéni et son épouse se sont rendus au champ dans la matinée pour la récolte. N’Sema Kombiéni coupait les tiges et son épouse les ramassait quand brusquement, il se retourna et porta plusieurs coups dans l’abdomen et d’autres endroits du corps de son épouse qui décéda quelques instants plus tard. Appréhendé, il a reconnu les faits mis à sa charge à toutes les étapes de la procédure. A la lecture des documents de l’instruction, l’accusé avait affirmé qu’il avait cru donner des coups aux esprits qui le menaçaient, mais il s’est rendu compte, plus tard, que c’est à sa femme qu’il a porté les coups. L’enquête de moralité le présente comme une personne calme, mais qui, après avoir pris de l’alcool, devient très violent. La cour présidée par Gangny Ignace Edouard a suivi le réquisitoire du ministère public représenté par l’avocat général Fidégnon Jacob, et a condamné par défaut, N’Serma Bassoudé Kombiéni à 20 ans de réclusion criminelle. La défense assurée par Me Sylvestre Agbo n’a pas eu droit à la plaidoirie. Selon les dispositions du code de procédure pénale, en cas d’absence d’un accusé, l’avocat n’a pas droit à la plaidoirie.

 Clément Dognon (Br Borgou-Alibori)