Spread the love

pasLes acteurs impliqués dans la mise du Projet d’appui scientifique aux processus des Plans nationaux d’adaptation (Pas-Pna) étaient en conclave, jeudi 9 août 2018 à Cotonou. Cette rencontre vise à présenter les résultats préliminaires des études de vulnérabilité effectuées dans les secteurs de  l’agriculture, de l’eau et de la santé au Bénin. A en croire les organisateurs, les travaux visent aussi à présenter aux partenaires techniques et financiers les informations recueillies à l’issue des études de vulnérabilité actuelle dans les secteurs de  l’agriculture, l’eau et la santé. En outre, il s’agira pour les membres des groupes de recherche, d’échanger avec les Ptf, notamment les membres du Comité de suivi, sur les outils de communication à utiliser pour partager les résultats majeurs des études. Au terme des travaux, des commentaires seront recueillis pour améliorer, si nécessaire le contenu des études et des résultats qui seront publiés et élaborer une feuille de route. Dans son intervention, Chiquian Amegan, représentante du Directeur du Ceped, a estimé que cet atelier vient à point normé. A l’entendre, à mi-parcours de l’exécution du projet, il est indispensable de présenter les résultats obtenus afin de mieux se lancer dans les travaux de recherche. Le « Pas-Pna », a-t-elle dit, exécute ses actions dans quatre domaines dont le renforcement de la capacité scientifique pour la planification et la programmation des mesures d’adaptation (Composante 2). A travers cette composante, le projet accompagne des groupes de chercheurs nationaux à conduire des études de vulnérabilité dans trois secteurs.  Faut-il le rappeler, le Projet d’appui scientifique aux processus des Plans nationaux d’adaptation (Pas-Pna), est le fruit de la coopération entre le Bénin et la République fédérale d’Allemagne. Lancé en mars 2017, il est mis en œuvre sous la tutelle du ministère du Cadre de vie, par la « Giz », en collaboration avec « Climate analytics ».

 Mohamed Yasser Amoussa

(Stag)