Spread the love

ebomaf-2Après Parakou-Djougou, Comé-Lokossa-Dogbo, Tangbo-Zè et Ouègbo-Toffo, le gouvernement béninois vient de confier un autre chantier de route à l’entreprise burkinabé. Il s’agit des travaux de bitumage des axes Djougou-Pehunco-Kérou-Banikoara (212 km). D’un montant global d’environ 149 milliards de Fcfa, les travaux sont prévus pour durer trois ans.

L’attribution de ce marché à Ebomaf Btp a été annoncée dans le communiqué du Conseil des ministres du 20 décembre 2015. Les travaux ont été officiellement lancés la semaine dernière par le président Yayi Boni. Ce fut par une série de cérémonies auxquelles ont pris part les chefs traditionnels et les autorités politico-administratives de la région ainsi que les représentants de l’entreprise Ebomaf. La particularité de ce chantier est qu’il concerne le bassin cotonnier que sont les 2kp ; les communes de Kérou-Kouandé-Péhunco. D’ailleurs, selon le ministre des Travaux publics, Gustave Sonon, l’absence de bitume sur cet axe, baptisé «route du coton», ferait perdre au Bénin plus de 10% de sa production cotonnière annuelle. Ce bitumage va donc induire une amélioration des recettes cotonnières du pays. L’infrastructure est un outil d’intégration régionale dont la construction entrainera de meilleures conditions de circulation des personnes et des biens entre le Bénin et les pays voisins dont le Togo et le Burkina-Faso. En plus du volet économique, le chantier a une portée sociale. Sa réalisation permettra de réduire le taux de mortalité maternelle et infantile dans la région bénéficiaire. Les travaux prendront en compte la réalisation de trente-cinq forages d’eau et des clôtures dans des écoles, a indiqué le ministre des Tp. Des groupements de femmes des diverses localités bénéficieront de dons en équipements en vue du renforcement de leurs activités génératrices de revenus. « Bonne collaboration et travail de qualité… Je puis vous rassurer, chères populations qu’il ne s’agit pas d’un lancement électoral. Vous avez vu l’entreprise Ebomaf avec tout son matériel », a déclaré le ministre Sonon. « Ce n’est pas une route électoraliste», a insisté le président Boni Yayi, un peu comme pour répondre à ses détracteurs qui voient des visées électoralistes en ces lancements de travaux faits à quelques semaines de la présidentielle du 28 février. « L’événement qui nous réunit aujourd’hui n’est pas le fruit du hasard. C’est la conjugaison de plusieurs facteurs à savoir la bonne collaboration et la qualité des réalisations précédentes que nous avons eues avec le gouvernement béninois», a souligné M. Arouna Mohamed, directeur des travaux à Ebomaf. Il rassure que l’entreprise a «l’équipement et le personnel nécessaires pour réaliser les travaux suivant les exigences techniques et dans les délais prescrits par les cahiers de charges» . C’est satisfait de l’évolution des premiers chantiers décrochés par Ebomaf que les autorités béninoises ont décidé de lui confier un autre chantier. Une marque de confiance pour un travail de qualité.