Spread the love
aviculture
Les représentants de l’inter-profession de l’Aviculture du Bénin

L’Interprofession de l’Aviculture du Bénin IAB dénonce le retard de la signature de l’arrêté portant interdiction des œufs réfrigérés par la ministre du commerce. Cette dénonciation a été faite ce mardi 24 Février à travers une conférence de presse au Codiam de Cotonou.

 L’Interprofession de l’Aviculture du Bénin IAB dénonce le retard de la signature de l’arrêté portant interdiction des œufs réfrigérés par la ministre du commerce. C’est à travers une conférence de presse ce matin au Codiam de Cotonou que les représentants des aviculteurs ont donné de la voix. Selon le Secrétaire général de l’IAB Constant Kenoukon, la signature dudit arrêté vient du fait qu’en Août 2014, le groupe JLR a obtenu de la Direction de l’Elevage l’autorisation d’importer des œufs réfrigérés alors qu’en 2005 un mémorandum d’entente avait été signé par l’administrateur du groupe. Ce serait donc le non respect de ce mémorandum qui a engendré les grincements de dents. Constant Kenoukou, explique que c’est pour juguler cette crise qu’il a été retenu de prendre un arrêté interministériel de suspension de l’importation des œufs réfrigérés. Pour l’aboutissement du projet, deux ministres devraient signer le décret. Il s’agit du ministre de l’agriculture et celle du commerce mais jusque là, seul celui de l’agriculture a pu apposer sa signature. Malgré une correspondance adressé au ministre du commerce et les tentatives de la rencontrer, rien n’y fit. Ne comprenant pas les raisons d’un tel blocage au ministère du commerce, Camille Azomahou, secrétaire permanent de l’Interprofession de l’Aviculture du Bénin lance un appel à l’autorité en lui demandant de suivre les pas de son homologue de l’agriculture. Les aviculteurs n’entendent pas baisser les bras tant que ledit arrêté n’aura pas été signé et mise en application. On retient des différents discours que l’importation des œufs réfrigérés met en difficulté la filière avicole au Bénin. Selon le Secrétaire général de l’IAB Constant Kenoukon, ce type de denrée comporte un risque sanitaire puisqu’elle est impropre à la consommation. De plus, l’importation des œufs réfrigérés crée un problème de concurrence déloyale à la production locale d’œufs de table. L’importation des œufs réfrigérés datant de la période du mois d’Août 2014 aurait engendré comme conséquences une mévente qui a duré près de six (06) mois avec à la clé plusieurs milliers d’œufs produit localement pourris et enterrer. Tout ceci conduisant à une perte estimée à environ sept cent millions de francs Cfa.

 Marcus Koudjènoumè