Spread the love

deputes-assLes députés de la 7ème législature ont voté, hier, à l’unanimité, la proposition de loi fixant les conditions et la procédure d’embauche, de placement de la main d’œuvre et de résiliation du contrat de travail, en République du Bénin.

Finis les salaires dérisoires et les abus de certains employeurs ou propriétaires de micro-entreprise qui recrutent la main d’œuvre bon marché et qui sont auteurs  d’abus de licenciement des jeunes à la quête d’un emploi stable ! La loi 2017-05 fixant les conditions et la procédure d’embauche, de placement de la main d’œuvre et de résiliation du contrat de travail, en République du Bénin, encadre désormais le recrutement de la main d’œuvre et l’embauche des demandeurs d’emploi. Le député Aké Natondé et 6 autres députés, en déposant la proposition de loi, ont tenu compte de l’évolution de la situation des jeunes qui vivent dans la précarité et qui sont enclins au chômage. Au Bénin, ce qui retient l’attention est le taux élevé de la population des diplômés sans emploi. Dans ce contexte, les entreprises privées emploient les jeunes qu’elles exploitent, sans grande rémunération. L’initiative des signataires de ladite proposition de loi vise à renforcer un environnement juridique favorable à l’émergence d’un droit du travail nouveau et à l’investissement productif pour la création d’emplois durables, en vue de répondre aux exigences de productivité et de compétitivité de l’entreprise privée, tout en sauvegardant la main d’œuvre locale. Toutefois, la loi qui vient renforcer l’arsenal juridique béninois protège aussi bien l’employeur que l’employé.

Martin Aïhonnou

(Coll)