Spread the love

cotonLe secteur cotonnier enchaîne des succès. La campagne 2017-2018 est une première dans l’histoire. C’est une production record sans la subvention de l’Etat.

597.986 tonnes sur une superficie totale emblavée de 530.145 hectares. C’est le résultat de la campagne cotonnière 2017-2018. La nouvelle est rendue publique par le Conseil des ministres hier mercredi 6 juin 2018. C’est un accroissement de 222%  par rapport à la campagne 2015-2016, laquelle affichait une production de 269222 tonnes pour une superficie emblavée de 306808 hectares et un accroissement de 122% par rapport à celle de  2016-2017. Ces résultats consacrent environ une tonne de coton à l’hectare. On note de cette prouesse cent cinquante-cinq milliards trois cent trente-cinq millions huit cent trente-huit mille deux cent soixante (155.335.838.260) Fcfa.  Le total net versé aux producteurs est de quatre-vingt-douze milliards huit cent soixante-quatorze millions sept cent quatorze mille cent trente-huit (92.874.714.138) Fcfa dont : 91.266.831.760 FCFA au titre du montant net versé aux producteurs ; 1.194.746.960) Fcfa au titre des frais versés sur prestations et 413.135.468 Fcfa au titre des frais versés au titre de la gestion des intrants. Au titre des prestations payées aux transporteurs, un total de quarante-sept milliards cinq cent soixante-dix-neuf millions deux cent huit mille trois cent (47.579.208.300) Fcfa a été engagé dont : 19.713.309.000 Fcfa au titre du coton graine, 9.761.074.820 Fcfa au titre de la fibre de coton ; 10.131.446.080 Fcfa au titre de la graine de coton, 5.544.960.000 Fcfa au titre des intrants engrais  et 2.428.418.400 Fcfa au titre des intrants pesticides. L’Etat, après avoir supprimé les subventions tire des ressources directes depuis deux ans à travers le prélèvement d’une taxe de 10 Fcfa/kg perçu au cordon douanier. Pour cette campagne, on note une contribution directe de la filière au budget de l’Etat estimée à onze milliards cent quatorze millions sept cent quatre-vingt mille (11.114.780.000) Fcfa ainsi qu’il suit : 2.568.700.000 Fcfa pour la fibre de coton et 3.166.080.000 Fcfa au titre de la graine de coton. A cela s’ajoutent la patente qui s’élève à 380.000.000 Fcfa et divers impôts et taxes pour cinq milliards (5.000.000.000) Fcfa. Les autres effets induits s’établissent à neuf milliards cinq cent onze millions huit cent trente-huit mille six cent quarante (9.511.838.640) Fcfa dont un milliard six cent cinquante et un millions six cent seize mille six cent quarante (1.651.616.640) Fcfa de prestations diverses aux manutentionnaires sept milliards sept cent six millions cent mille (7.706.100.000) Fcfa aux transitaires et cent cinquante-quatre millions cent vingt-deux mille (154.122.000) Fcfa aux contrôleurs. La renaissance de la campagne cotonnière se découvre. Elle a été un succès éclatant et témoigne de l’embellie retrouvée de la filière. En effet, les différentes statistiques montrent que les mesures d’assainissement, de relance de la filière et de formation des producteurs sur les technologies relatives à l’amélioration de la fertilité des sols portent progressivement leurs fruits. Le gouvernement sans subvention, fait flamber la production du coton. Sans subvention, la filière a encore généré des ressources pour le budget national à hauteur de 11 milliards Fcfa.

 AT