Spread the love
Le secteur du Karité sera substantiellement réorganisé sous peu. La questi

sehoueto
Lazare Sèhouéto prend des mesures fortes pour réussir la campagne

on a été au centre des échanges au cours du lancement de la campagne de commercialisation 2017-2018 des amandes de karité au Bénin. C’était hier  jeudi 14 septembre 2017 à la salle de réunion de l’Union communale des producteurs de coton de Banikoara.

En présence du directeur de cabinet du Ministère de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, du représentant du préfet de l’Alibori et des autorités locales, la question des réformes à opérer dans le secteur du Karité est mise sur le tapis. Au terme des échanges, une pile de résolutions ont été prises. Le préalable sur lequel tous les acteurs ont été unanimes est le respect par tous, des textes régissant le commerce des produits agricoles. Egalement, les acteurs ont rappelé les impacts du déficit d’information. Ils ont exprimé le désir de poursuivre la sensibilisation et la formation des femmes chargées de la collecte de la préparation de séchage de la conservation et de la transformation des amandes de Karité, toutes choses permettant de réduire davantage le taux d’acidité du produit. Trois autres grandes résolutions ont été prises au cours des assises. Il s’agit de l’intensification des contrôles sur le territoire national pour démasquer les fraudeurs, la réduction des longs délais d’attente des navires venant charger les amandes de karité au niveau des structures portuaires et le respect des conditions de déroulement de la campagne de commercialisation en ce qui concerne le prix et les dates d’ouverture et de fermeture.  De même,  le gouvernement a exigé le suivi physique et financier de la filière. Autant de réformes rappelées par l’autorité et dont l’impact sera de faire prospérer la filière de karité. Le vœu du gouvernement et celui des acteurs est de voir la filière entièrement rénovée et contribuant véritablement à l’amélioration des conditions de vie des populations. Le directeur de cabinet du ministère de l’industrie du commerce et de l’artisanat a annoncé que le prix des noix des amandes de karité retenu par consensus et entériné par le gouvernement est de 100 FCfa le Kg pour la campagne 2017-2018. Il a par ailleurs, exhorté tous les acteurs à travailler en bonne intelligence pour la réussite de ladite campagne. Plusieurs efforts ont été consentis par le gouvernement pour appuyer les groupements de femmes (Gans, bottes, imperméables. Ces équipements, selon le directeur de cabinet, sont d’une valeur de 32. 418. 000. Toutefois, malgré tous ces efforts, plusieurs difficultés jalonnent le secteur. Il s’agit de l’impraticabilité des pistes rurales en saison des pluies, l’existence d’opérateurs économiques qui exercent dans le domaine sans remplir les formalités requises, la déforestation du parc de karité au Bénin et l’insuffisance des structures d’organisation des femmes pour la collecte et la préparation des noix en amandes de bonne qualité. Le représentant du ministère de l’agriculture et de l’élevage, tout comme le secrétaire général de la préfecture de l’Alibori et le maire de Banikoara, ont tous plaidé pour l’avènement des réformes dans la filière afin qu’elle soit viabilisée. Ils ont profité pour certifier la décision d’interdiction de l’abattage des arbres de karité et la plantation de nouveaux arbres pour le développement de la filière.