Spread the love
TALON-NOUVEAU
Patrice Talon serein malgré tout

Depuis le retour au pays de l’homme d’affaires, Patrice Talon, le chef de l’Etat et ses sujets perdent les pédales. Ils font feu de tout bois pour ternir l’image du magnat du coton. Ces derniers jours dans le septentrion, ils envoient des ’’messagers’’sur les radios pour accomplir leur sale besogne. Le lundi 26 octobre 2015, la campagne anti-Talon a connu une ampleur particulière dans les communes de Banikoara, Kandi et Kérou.  

Malgré les échecs successifs enregistrés dans la gestion de la filière coton sous le régime de Yayi Boni, le chef de l’Etat et ses adulés continuent de passer dans les villages et hameaux pour faire croire aux cotonculteurs que la situation chaotique qu’on connait depuis trois ans n’est pas la faute au gouvernement actuel. Certains émissaires sont envoyés sur le terrain pour faire simplement de l’intoxication. Ces ‘’messagers‘’ de sinistre réputation font porter au magnat du coton, Patrice Talon, la mauvaise gestion de la filière. Le lundi dernier, un de ces thuriféraires, homme des médias publics et publiciste de Yayi Boni, a offert une piteuse prestation sur les antennes d’une radio locale émettant dans le département de l’Alibori. L’invité d’une émission préparée à cet effet a lesté sur le dos de Talon tous les problèmes que vit le coton depuis sa monopolisation par le gouvernement. Dans ce jeu pervers celui-ci a mélangé torchons et serviettes. Dans son développement, l’émissaire de Yayi Boni a même osé faire un rapport dénaturé des déclarations faites par le représentant de Patrice Talon lors de la rencontre du mercredi dernier à Parakou, entre le chef de l’Etat et les acteurs de la filière. Dans sa mission de tordre le cou à la réalité que vivent les populations, surtout les producteurs, le perroquet du gouvernement a fait croire que les nombreux échecs du ministère de l’Agriculture et de la Sonapra sont après Patrice Talon, imputables aux partenaires financiers qui, selon ses propos, ne mettent pas à temps les fonds à la disposition du gouvernement. Mais, à la question de savoir pourquoi les retards dans le paiement des fonds aux producteurs, le locuteur, devenu spécialiste des questions du coton, a balbutié et s’est simplement mis en boule. Toutefois, il a réaffirmé les promesses sans lendemain du chef de l’Etat de réfectionner les pistes de déserte rurale. A quelques cinq mois de la fin de son dernier mandat, la campagne d’intoxication et de manipulation des masses s’accentue. Selon des analystes, la stratégie pour tromper les braves producteurs n’est pas anodine. Ces nombreuses tournées effectuées par les ministres et députés de la mouvance ont montré leurs limites. L’acharnement et la campagne d’intoxication orchestrés contre Talon commencent par lasser les populations. Le monde rural a tout compris, et les paysans ne sont plus dupes comme auparavant, a prévenu un responsable d’une organisation paysanne. « Plus aucun acteur politique, ni même le premier magistrat de la République, ne nous séduit guère », a lancé un producteur qui a conclu que la campagne d’intoxication et de déstabilisation du magnat du coton est vouée à l’échec.

 Clément Dognon

(Br Borgou-Alibori)