Spread the love
Dimanche-des-Rameaux-ProcessionLes chrétiens  commémorent chaque année  la fête des rameaux, symboles de gloire. Cette célébration qui annonce  l’entrée triomphale de Jésus-Christ à Jérusalem ouvre le chemin de sa passion sur la Croix. Dans le même temps, ces rameaux brandis par la foule  pour accueillir le fils de Joseph, sont utilisés dans d’autres circonstances à des fins ésotériques par les animistes au sein de leurs couvents.
Les rameaux des palmiers sont très considérés dans les chapelles et couvents religieux. Ils  jouent d’importants rôles dans les combats spirituels. Ainsi donc, une semaine avant les pâques, les chrétiens célèbrent les rameaux, symboles  de l’entrée triomphale de Jésus-Christ à Jérusalem. En effet, à cette occasion, la  foule immense venue à sa rencontre agitait les rameaux de palme ou des rameaux d’autres plantes en chantant  Hosana ! Au fils de David. Cette exclamation Hosanna !, précise le Vénérable suprême évangéliste Dominique Dénagnon Boko de l’Eglise du christianisme céleste (Ecc),  est une imploration qui traduit le sens de :  » Oh, sauve-nous ! Sauve-nous, nous t’en prions ! De grâce, sauve-nous ! De grâce, libère-nous ! ».  Pour l’Abbé   Guillaume Allovoézé, les rameaux  utilisés par la foule ont aussi leur signification. A l’en croire,  ces branches brandies par le peuple sont des signes d’hommage au Christ. En accueillant Jésus-Christ avec les rameaux, la foule a proclamé la foi en sa royauté et en sa résurrection. Cette tradition instituée depuis la nuit des temps est respectée jusqu’à nos jours par les chrétiens catholiques. « Aujourd’hui, nous célébrons l’entrée solennelle de Jésus-Christ à Jérusalem, la ville Sainte. Jésus-Christ inaugure le royaume, mais celui de Dieu, non celui des hommes. En commémorant  cette entrée, Jésus-Christ a choisi d’entrer dans la ville sur humble ânon. Cet apparent abaissement du Christ constitue son vrai titre de gloire. Sa royauté n’a rien à voir avec celle des puissants »,  explique Père Allovoézé.
  La fête des rameaux chez  les Célestes
 Au sein de l’Eglise du christianisme céleste (Ecc), la fête des rameaux a la même signification chez les chrétiens de l’église Catholique. « Le dimanche des Rameaux commémore l’entrée de Jésus-Christ à Jérusalem. Jésus-Christ est sur un âne. La foule, déposant des vêtements sur son chemin, l’acclame en brandissant des rameaux et en criant : Hosanna! Cette entrée solennelle de Jésus à Jérusalem (Jean12, V.12-15) annonce solennellement le début de l’accomplissement de la Passion du Christ et sa mort sur la croix. Ainsi se résument toutes les manifestations, les célébrations, les réjouissances, les festivités, les jubilées, les cultes, les cérémonies, les anniversaires, les fêtes, les mythes et toutes autres formes de gaîté ou d’allégresse se rapportant à l’événement», rappelle le Vénérable suprême évangéliste Dominique Dénagnon Boko. Malgré cette similitude avec l’église catholique, on a noté une nuance dans cette fête au niveau de l’Ecc.  Elle marque le début d’une semaine sainte  de carême, un moment d’intenses prières, de privations diverses et de combats spirituels. « Pour les chrétiens de l’Eglise du Christianisme Céleste (Ecc), la  semaine allant du Dimanche des Rameaux à la Fête de Pâques est spéciale. Elle est déclarée « Semaine Sainte ». Elle commence le lendemain du dimanche des Rameaux, le lundi, et dure jusqu’au dimanche de Pâques. Pour ce faire, à l’église du christianisme céleste, on observe sept (07) jours de carême, rappelant la souffrance du Christ sur la Croix. Tous les soirs de la semaine sainte, les membres de chaque paroisse, à partir de19 heures, assistent aux cultes avec des fruits qu’ils consomment après l’office. Ce carême commence chaque jour à minuit  et se termine à 19 heures», indique le Vénérable suprême évangéliste Dominique Dénagnon Boko. Il poursuit en disant que les chrétiens de l’Ecc ont l’assurance que l’entrée du Messie Sauveur dans la ville de Jérusalem permettra d’en débarrasser des pécheurs et à le faire proclamer Roi. Le Christ va réaliser cette espérance de son peuple quand la foule va l’acclamer sans savoir qu’elle lui ouvre ainsi la route vers la croix dans les jours suivants, jours de sa Passion et de  sa mort sur la croix.
 Les rameaux au plan exotérique
 Au-delà de son sens de gloire que les chrétiens lui ont donné, les rameaux de palme ont également des vertus médicinales et exotériques. Ainsi,  beaucoup de chrétiens  participent à la messe du dimanche des rameaux principalement pour avoir leurs rameaux bénis, lesquels chasseront les mauvais esprits et les influences diaboliques de leurs maisons. Ils servent aussi dans la préparation des  décoctions pour la purification des fidèles notamment ceux en état de convalescence. Ils sont   utilisés dans les  prières de délivrance et   de combat spirituel pour délivrer les âmes  hantées par les mauvais esprits. Dans les couvents, les rameaux jouent le même rôle que chez les chrétiens. Du côté de la tradition, les rameaux assurent  deux principales fonctions relatives à la purification et à la protection. Selon les explications de Hounnongan Hossou Blomakpon, prêtre  de culte « Thron » Kpétodéka,  ces feuilles consacrées par des rituels spécifiques, repoussent les mauvais esprits et luttent contre eux. Ainsi, précise sa Majesté Dah Ahinadjè,  il est recommandé  aux  spiritualistes  tels que les dignitaires, les prêtres des cultes traditionnels, et aux adeptes  des divinités  « Thossou »,  « Dan », « Manmi » ou  tout autre esprit de l’eau, invités à une cérémonie funèbre, de porter sur eux  des rameaux consacrés  afin  d’éviter d’être profanés. Au retour de la cérémonie, les rameaux sont plongés dans une tisane pour servir de purification.  En cas d’oubli, rappelle Blomakpon, les adeptes  des divinités citées supra ou le dignitaire concerné ne doit pas manger ni avaler sa salive sur ces lieux d’impuretés s’il veut bien conserver la fidélité et la sainteté de son corps. L’observance de cet interdit,  explique le Hounnongan Hossou, résulte du fait qu’une maison mortuaire où se trouve une dépouille mortelle est un lieu impur. Les corbillards ou tout autre véhicule transportant une dépouille doit avoir sur lui des rameaux de palme dans le but de  prémunir l’engin. Pour Blomakpon, les rameaux sont des messagers de dieu, une courroie de communication entre les hommes et l’esprit saint. Raison pour laquelle il faut nécessairement les rameaux au cou avant de se rendre  chez les divinités « Gou » et « Sakpata » afin que la communication soit directe. Au terme des cérémonies  de purification  d’une  localité,  ces rameaux sont posés en haut des entrées  principales de ladite localité  pour empêcher l’intrusion  de tout esprit maléfique. Sans être consacrés par une prière, les rameaux constituent enfin des objets avec lesquels  les enfants jouent  dans la rue.   
 Zéphirin Toasségnitché