Spread the love

 « 25 ans après l’adoption de la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant : accélérons nos efforts pour éliminer les mariages des enfants en Afrique ». C’est avec ce leitmotiv que la communauté internationale s’est mobilisée le jeudi 16 juin 2015 pour la célébration de la Journée de l’enfant africain. A Cotonou, à l’initiative de « Miss naïade 2014 » Manuella Nononsi, l’Unicef était aux côtés des élèves de l’Ecole primaire publique Finagnon. L’ambiance était festive. Les enfants de cette école ont concocté différents tableaux artistiques, pour agrémenter le public. L’organisatrice principale a saisi l’occasion pour rappeler que la persistance du mariage des enfants est un frein à tous les efforts pour améliorer l’éducation des filles. « Ce phénomène n’est pas l’affaire des organismes en charge, mais de tous. Pour y arriver, il faudrait donner priorité à l’enfant, en lui donnant le droit à la libre expression », a déclaré Manuella Nononsi. Heureuse de soutenir l’évènement, et surtout la cause des enfants, la marraine de la cérémonie, la présidente de l’Ong Vioutou, Arlette Bello Saïzonou, a prodigué des conseils aux élèves et parents présents. Elle a profité de l’occasion pour rappeler que le mariage des enfants est une violation des droits de l’homme, pour les filles aussi bien pour les garçons.

Wilfrid Noubadan