Spread the love

journe-de-femme-cgtbLa Confédération Générale des Travailleurs du Bénin CGTB n’est pas restée en marge de la célébration de la journée internationale de la femme. Les responsables de ce syndicat ont réunis à leur siège ce dimanche 8 mars les femmes militant au sein de la CGTB afin de réfléchir sur la condition de la gente féminine au Bénin. Le thème autour duquel les réflexions se sont axées est : la participation de la femme dans les instances de prise de décisions, facteur de développement. Irène Ayivi, représentante des femmes de la CGTB a exhorté ses camarades à plus de combativité pour leur positionnement dans les plus hautes sphères de l’administration. Il ressort de son bilan la présence de quatre femmes dans l’actuel gouvernement du chef de l’Etat Boni Yayi, huit femmes sur les quatre-vingt trois députés de la sixième législature, une femme sur les soixante-dix sept maire de commune, soixante femmes sur les mille quatre cent vingt élus conseillers et aucune femme secrétaire générale de central syndical des travailleurs. Irène Ayivi pense que ce tableau est sombre et qu’il faudra inverser la tendance. Mais pour le secrétaire général de la CGTB Pascal Todjinou, ce sont les femmes elles-mêmes qui se laissent classer dans les rôles subsidiaires. Le syndicaliste estime que le problème de la femme, ce sont les femmes puisqu’elles ne s’aiment pas et ne font que se mettre les bâtons dans les roues. La liberté ne se donne pas mais elle s’arrache à t-il déclaré.

Marcus Koudjènoumè