Spread the love
Colloque Cour
Les 25 ans de la Cour constitutionnelle marqués d’un secteur particulier

L’Association béninoise du droit constitutionnel (Abdc) a marqué d’un sceau scientifique la commémoration des 25 ans de la Cour constitutionnelle du Bénin. C’est à travers un colloque international de deux jours tenu les 2 et 3 juin et qui a eu lieu à Cotonou.

«  La Cour constitutionnelle et le temps : un quart de siècle au service de l’Etat de droit ». c’est le thème des assisses. Il est axé sur deux questions essentielles posées par le Président de l’Abdc, le Doyen de la Faculté de droit Joël Aïvo. Dans son intervention, il a posé la problématique suivante :  » Que doit le Bénin à la Cour constitutionnelle? Que doivent les membres de la Cour constitutionnelle au Bénin et qu’est-ce que le pays leur doit? ». Dans son introduction sommaire, il a fait savoir que la Cour constitutionnelle a été depuis sa création sédimentée par ceux qui ont eu le privilège et l’honneur d’être à sa fondation. Il remarque que tout ceci est désormais fini. « Jusqu’à maintenant, nous avions eu comme membre et Président ceux qui ont été à la fondation. Aujourd’hui on tourne la page. C’est fini. Une autre génération prend la main et on espère que cette génération sera à la hauteur et que les grandes options seront respectées », a-t-il fait remarquer. A sa suite, le professeur Théodore Holoaindiqué que le symposium s’aperçoit comme un mélange en guise d’au-revoir. Une forme d’hommage et de gratitude envers les membres des mandatures qui se sont succédé,  mais aussi au père fondateur. Au-delà de l’homme, il pense qu’il s’agit d’une manifestation académique de haute portée scientifique pour prendre la mesure de la pratique de la justice constitutionnelle au Bénin et explorer les forces et faiblesses de l’Institution.  » Notre Cour a-t-elle contribué à l’instauration de l’Etat de droit et de la démocratie ? A-t-elle contribué à la régularité et à la sincérité des scrutins? Que penser de la qualité des décisions rendues par la haute juridiction ? Votre éclairage sans complaisance permettra de fournir des réponses idoines à ces multiples interrogations », a-t-ilprécisé. Dans la conférence inaugurale, le professeur titulaire Martin Bléou de la Côte d’Ivoire a appelé à repenser la mission du juge constitutionnel en le concentrant sur les fondamentaux et en confiant certaines de ses attributions aux autres juridictions. La cérémonie a été également marquée par les interventions des structures partenaires que sont l’Idea et l’Oif mais aussi les témoignages du Vice-président de l’Assemblée nationale Éric Houndété et de l’ancien président de la Cour constitutionnelle Robert Dossou. A noter que professeurs titulaires, doyens de facultés, juges constitutionnels, juges judiciaire, bref le panel était  garni pour le festin scientifique et constitutionnel. La commémoration des 25 ans de maturité de la Cour constitutionnelle du Bénin  était un rendez-vous d’échanges pour confronter les vues et les expériences des hommes de science d’ici et d’ailleurs sur le parcours d’une institution tout aussi importante pour la survie de l’Etat de droit et de la démocratie. La rencontre était aussi un témoignage d’hommage à  ceux qui  ont contribué durant  le parcours  à animer cette Institution. Un devoir  de gratitude exprimé à travers des honneurs à l’actuel président de la Cour constitutionnelle Théodore Holo.

 HA