Spread the love

Chd GohoLes agents du Centre hospitalier départemental du Zou et des Collines sis à Goho/Abomey ont célébré avec faste la journée internationale du travail. C’était le mardi 1er mai 2018, dans l’enceinte de l’hôpital,  en présence du directeur départemental du travail et de la fonction publique.

Présidée par le Directeur du centre, Darius Gounflet, cette fête a été une occasion pour les travailleurs du centre de présenter à l’administration de l’hôpital leur cahier de doléances. «Loin d’être une simple formalité, la présentation du cahier de doléances doit être perçue comme des revendications à satisfaire », a déclaré Yao Kossi Oniakitan, le Secrétaire général de Syntraseh avant d’énumérer lesdites doléances résumées en seize  points. Le plus importants reste l’enlèvement immédiat et sans délai des corps abandonnés à la morgue de l’hôpital. Selon les travailleurs, ces corps en putréfaction polluent l’environnement du travail et perturbent le voisinage. De fait, ils invitent ceux dont les  parents sont déposés à la morgue du Chd/Goho, à faire diligence pour les retirer avant que le procureur de la République ne décide autrement. En dehors de ce point capital, les agents réclament l’achèvement des travaux de construction du bloc opératoire de la maternité bloqués depuis des années, la mise en service de l’unité de dialyse et l’amélioration des conditions d’hospitalisation des patients. Ils ont également émis le vœu que le centre soit équipé de nouveaux appareils d’échographie et de radiologie. Ils n’ont pas passé sous silence les arriérés de salaires,  les diverses primes impayées et l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.  Pépin Soumalèkè, Sg/Syntra-Chd a pour sa part fait le point de la lutte syndicale menée pour réclamer leurs droits. De ce compte rendu, il est à noter que le dialogue entre  l’Exécutif et les syndicats n’a pas prospéré d’où un appel au Gouvernement de revoir sa copie. Darius Gounflet, en répondant  aux doléances des travailleurs, a rassuré que des efforts sont en cours pour améliorer la qualité des soins. Cette volonté de l’Etat s’est traduite par la mise à disposition du centre de six spécialistes et d’un lot de matériels médico-techniques. «Par rapport aux primes, à l’augmentation des salaires et au paiement des cotisations à la Cnss, je crois que des efforts ont été faits par le centre. Nous pensons poursuivre jusqu’à apurement total des dettes», a promis le D/Chd tout en invitant le personnel à bannir de leurs habitudes les comportements qui sont de nature à non seulement indisposer les patients, mais aussi à créer un manque à gagner pour l’hôpital.

 Zéphirin Toasségnitché 

(Br Zou-Collines)