Spread the love

freddy-et-basile-fassinouLa cérémonie de passation de charge entre Freddy Houngbédji et Basile Fassinou prévue pour se tenir dans la matinée de ce jeudi 27 août n’a pu être effective. L’ancien coordonnateur au Budget destitué par ses pairs le 18 août dernier a estimé que la cérémonie de ce jour est contraire aux dispositions du code électoral.

La Commission électorale nationale autonome (Céna) continue d’être secouée par la crise de la destitution de son coordonnateur au budget. Ce jeudi matin, l’ex responsable du budget de l’institution Freddy Houngbédji n’a pas passé la main à son successeur élu par ses pairs. Mais pour le nouvel entrant, Basile Fassinou, cette étape empêchée n’entache en rien le fonctionnement de la Céna. Car, le règlement intérieur de la Céna Stipule qu’en cas d’empêchement du coordonnateur du Budget, c’est le vice président qui signe tous les documents qui émanent de sa responsabilité. Celui-ci entend quand même accomplir jusqu’au bout la tâche qui lui est confiée. Basile Fassinou se dit confiant que la passation aura lieu dans les jours à venir. « La seule chose qui me reste à faire en dehors de ce que nous n’avons pas pu faire ce matin, c’est le dépôt de signature et ça va être fait dans les meilleurs délais ». Freddy Houngbédji destitué le 18 août dernier a justifié son refus de passer service par deux raisons. Celle énoncée premièrement : « reviendrait à valider la décision de destitution que mes pairs ont prise à mon encontre ». Il a qualifié la décision des autres membres de l’institution chargée d’organiser les élections au Bénin comme « inexistante ». La deuxième raison avancée par Freddy Houngbédji pourrait amener à invalider son recours formulé contre ses pairs. Faut-il le rappeler que la destitution de Freddy Houngbédji est due selon les autres membres de la Céna à sa gestion solitaire. Ce dernier a également rejeté par un point de presse toutes les accusations qui ont été portées sur sa personne. A quand la fin de ce feuilleton à la Céna ? Les jours à venir nous édifieront.

Judith Rolande Capo-Chichi