Spread the love

Abou Soule BoucariIl est désormais appelé à siéger au sein de la Commission électorale nationale autonome (Céna) en remplacement de feu Moïse Bossou. Son nom est Adam Soulé Abou Boukari. En effet, conformément aux dispositions des articles 19 et 21 de la loi n°2013-06 du 25 novembre 2013 portant Code électoral en République du Bénin, la plénière d’hier, mardi 11 septembre 2018, a accédé à la demande de 11 députés de l’examen en procédure d’urgence de la désignation du remplaçant du cadre décédé. Au terme des tractations, Adam Soulé Abou Boukari proposé par la majorité parlementaire a été choisi par 56 députés pour, 0 contre et 11 abstentions. Il est appelé à poursuivre donc le mandat entamé par son prédécesseur. Il aura trois années à passer à la tête de cette structure nationale. Faut-il le rappeler, le nouveau membre est un ancien Directeur général de la Sonapra.

Martin Aïhonnou

(Coll)

Dispositions du Code électoral

 Article 19 : « La Commission électorale nationale autonome est composée de cinq (5) membres désignés par l’Assemblée nationale. Ils sont choisis parmi les personnalités reconnues pour leur compétence, leur priorité, leur impartialité, leur moralité, leur sens patriotique et désignés à raison de : deux (2) par la majorité parlementaire, deux (2) par la minorité parlementaire et un (1) magistrat de siège. Pour le choix du magistrat, l’Assemblée générale des magistrats propose une liste de trois (03) magistrats de siège ayant exercé de façon continue pendant quinze (15) ans au moins. L’Assemblée nationale procède à la désignation du magistrat par un vote à la majorité qualifiée des deux tiers (2/3). Les fonctions de membre de la Commission électorale nationale autonome (Céna) sont incompatibles avec celles de membre du gouvernement, de membre des autres institutions prévues par la Constitution, de membre de Conseil communal ou municipal ou de membre des Conseils de village ou de quartier de ville »

 Article 21 : En cas de démission, de décès ou d’empêchement définitif d’un membre de la Commission électorale nationale autonome (Céna), il est pourvu sans délai à son remplacement selon la procédure prévue à l’article 19 ci-dessus.