Spread the love
cite
Un échantillon des produits créatifs de la Cité interdite

Magnifique site lié à l’histoire, le Musée du palais impérial qui a pour mission d’administrer la Cité interdite et le complexe architectural des dynasties des Ming (1368-1644) et des Qing (1644-1911), se fait découvrir au public béninois. Certains de ses produits culturels ont été soigneusement choisis et exposés au Centre culturel chinois, vendredi 25 mai 2018. L’idée est de permettre à un large public d’aller au contact des valeurs incommensurables de la culture traditionnelle chinoise. C’est le directeur du Centre, qui s’est lui-même chargé de présenter les produits à ses invités. Selon Wei Jun, le musée a développé jusqu’en 2018, plus de 10.000 produits d’art, dont une série de textiles en soie, des poteries, des porcelaines, des bronzes, des objets en cuivre, l’horlogerie, des produits du bois, des peintures, des calligraphies, des métaux précieux, des porte-clés, des bijoux, des papeteries spécialisées dans les classiques, des poupées et des mascottes. Ces produits d’art, a-t-il dit, sont également des réponses aux besoins quotidiens des personnes à cause de leur caractère contemporain, de leur grande utilité, de leur contribution à la protection de l’environnement, de leurs prix raisonnables et de leur grande qualité. Le  conseiller culturel de l’ambassadeur de la Chine au Bénin n’a pas manqué de donner d’amples informations sur le Musée du palais impérial. Ce musée, a-t-il insisté, est à but non lucratif, et c’est pourquoi il développe principalement ces produits d’art dans le but de répondre à la demande du public pour une meilleure compréhension de la culture traditionnelle et la diffusion de la culture du musée. « Ces articles créatifs et à la mode pour une utilisation quotidienne comprennent des écouteurs qui ressemblent à des perles de cour, des cravates avec des motifs de nuages naissantes, des sacs et des bagages façonnés à la porte du palais et des parapluies aux motifs de caissons de plafonds », a-t-il précisé.

 Joël Samson Bossou