Spread the love
l_ontine Idohou
Léontine Idohou

Pour Léontine Idohou, Présidente du Réseau pour l’Intégration des femmes des Ongs et Associations Africaines- section Bénin (Rifonga-Bénin), les résultats escomptés par le Rifonga par rapport à la représentativité des femmes au sein des conseillers communaux et municipaux élus aux élections du 28 Juin dernier ne sont pas satisfaisants. Elle en a évoqué les raisons dans une interview accordée à Océan FM ce mercredi 22 Juin 2015.

Au lendemain des résultats provisoires des élections communales et municipales publiés par la Céna en Juillet dernier, Léontine Idohou a fait le bilan du Rifonga sur le niveau de représentativité des femmes au sein des conseillers communaux et municipaux élus. Ainsi, le Rifonga a dénombré que sur les 1435 conseillers communaux et municipaux déclarés élus par la Céna, seulement 69 femmes ont été élues. Ce chiffre qui affiche une légère progression du taux de représentativité des femmes élues conseillères par rapport aux résultats issus des dernières élections de 2008 où s’étaient faites élire 65 femmes ne satisfait pas Léontine Idohou. Pour elle, ce faible taux trouve son explication dans le « positionnement à l’arrière plan des femmes par les partis politiques » (c’est à dire à la queue), la suppression des candidatures indépendantes par le Code électoral, et l’attitude de beaucoup d’hommes qui n’auraient pas compris que le développement incombe aux deux sexes. En effet affirme la militante en faveur des femmes : « Le code a supprimé toutes ces femmes qui ne sont pas membres de partis mais qui sont des leaders dans les communes et qui pensaient aller comme candidate indépendante ; elles n’ont pas pu se rendre aux élections malgré le plaidoyer qu’on faisait en direction des partis ; les partis avaient leur candidat et c’est difficile de placer du jour au lendemain quelqu’un qui n’était pas membre du parti ».Cependant, malgré ces résultats insatisfaisants en dépit des nombreuses luttes menées pour la cause, la Présidente du Rifonga se montre très optimiste face au futur parce que : «  la lutte n’est pas une lutte où on a les résultats du jour au lendemain. C’est une lutte que nous menons depuis des années et nous sommes convaincus que c’est au fil des années que nous aurons les résultats escomptés » a-t-elle affirmé.

Inès Zounnon